Cinq questions sur la revue ARCS

Pourquoi créer une nouvelle revue ?

Il existe des milliers de revues, souvent d’excellente qualité, alors en créer une de plus peut sembler bizarre. Si on s’intéresse à l’analyse de réseaux (méthodes formalisées fondées sur la théorie des graphes), il existe soit des dossiers thématiques dans des revues disciplinaires (l’analyse de réseaux en archéologie, en histoire, etc.), soit une poignée de revues spécialisées (Social Networks) en partie pluridisciplinaires (Network Science, REDES, Applied Network Analysis). Nous sommes à peu près sur la même ligne éditoriale que REDES (articles en espagnol et en portugais) ou qu’Applied Network Science sauf que nous acceptons les propositions en anglais et en français et… que nous ne demandons pas 1050 euros pour être publié. Nous ne sommes liés ni à Elsevier ni à Springer et nous défendons une science libre d’accès. Cette revue est aussi caractérisée par la volonté d’ouverture des données, dans une démarche de recherche reproductible, et possibilité de lever l’anonymat entre auteur.e.s et relecteurs et relectrices (cf ci-dessous).

Pourquoi demander aux auteur.e.s leurs données ?

Les données en sciences sociales sont financées par de l’argent public – qu’il provienne des salaires des chercheur.e.s ou des projets de recherche – et il ne paraît pas absurde qu’elles soient accessibles au public. D’un strict point de vue scientifique, la possibilité qu’on puisse répliquer les calculs effectués ne semble pas aberrante. C’est aussi un moyen de permettre à n’importe qui de contrôler les résultats diffusés, les sciences sociales n’étant pas à l’abri de petites manipulations pouvant faciliter une argumentation… Et surtout, fournir des données documentées est sans doute l’une des stratégies les plus payantes pour assurer un minimum de cumulativité dans les sciences humaines et sociales. Nous avons toutes et tous en tête des exemples de données d’enquêtes, d’entretiens, de questionnaires qui dorment depuis des années ou des décennies dans des placards alors qu’elles seraient susceptibles de faire progresser notre connaissance du monde social.

Et les questions d’anonymat ou de droit ?

A priori, les règles de bonne pratique concernant les données individuelles supposent l’anonymisation avant toute publication. Quant au droit, il est souvent possible de partager des formes agrégées et/ou enrichies des données obtenues. Le plus simple si la question vous concerne est de contacter le bureau éditorial de la revue où une personne travaille particulièrement sur la mise à disposition des données.

La procédure d’évaluation est bizarre, non ? Au début c’est anonyme, après, ça ne l’est plus ?

Il s’agit d’une revue à comité de lecture classique : le texte est anonymisé et l’auteur.e ne connaît pas les personnes qui évaluent son papier. Il s’agit aussi d’une revue pluri-disciplinaire donc nous imposons qu’un.e des relecteurs ou relectrices soit extérieur.e à la discipline ; il s’agit de s’assurer que l’article, jugé pertinent dans sa discipline, puisse également être lu et apprécié par des personnes extérieures à celle-ci. Une fois cette première évaluation faite, il est possible, si les évaluateurs et évaluatrices le souhaitent, de lever cet anonymat pour permettre un dialogue direct avec l’auteur.e. Ceci vise à éviter certains problèmes régulièrement rencontrés dans les démarches d’évaluation traditionnelles. Nous suivons l’exemple de la revue Nouvelles Perspectives en Sciences Sociales et les citer est encore le plus simple : « Dans le système d’évaluation classique actuellement pratiqué, des appréciateurs que l’on connaît parfois mal, paraissent se trouver dans une posture en surplomb de l’auteur et, parfois, lui assènent des « vérités » dont l’auteur peut penser qu’elles ne sont que les leurs et ne valent pas a priori forcément mieux que les siennes. Les appréciateurs ont souvent raison dans leurs remarques, mais pas toujours. Ils apportent des idées et des conseils précieux aux auteurs, mais pas seulement. Ils apportent aussi parfois une vision exclusive, un ton péremptoire, voire, même si c’est exceptionnel, des propos dévalorisants pour l’auteur. »

Vous croyez vraiment que c’est important des textes non sexistes ou épicènes ?

Une anecdote : en avril 2016, place de la République, lors d’une assemblée générale de Nuit debout, un modérateur demande s’il y a dans l’assistance « un médecin ou une infirmière ». Le fait de dire systématiquement médecin et infirmière est un exemple parmi des centaines qui invisibilisent et infériorisent les femmes de façon permanente. On peut bien sûr dire, c’est la grammaire qui veut ça. On peut choisir, comme nos collègues suisses notamment, d’être plus exigeant.e. Là encore, comme pour les données, la revue accompagne les auteur.e.s dans ce processus.

Paris, les membres du bureau éditorial, le 07 juin 2017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *