Trajectoires et dynamiques des réseaux : approches quantitatives

Compte rendu de Marianne Humblet et Pierre Mercklé

La question des dynamiques temporelles des systèmes sociaux est centrale aussi bien pour la science des réseaux complexes que pour les sciences sociales. Cette journée d’études, organisée le jeudi 11 mai 2016 à l’ENS de Lyon avec le soutien de l’IXXI, du GDR Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales, et du Centre Max Weber, visait à rassembler des chercheurs de tous les horizons disciplinaires (sciences physiques, mathématiques, informatique, histoire, économie, sociologie…), pour échanger sur les avancées récentes des recherches sur les articulations entre l’analyse des réseaux et celles des trajectoires individuelles. Comment les réseaux sociaux se transforment-ils ? Quelles relations entre trajectoires individuelles et évolutions des structures sociales ? Comment les transformations des unes et des autres, en interagissant, s’inscrivent-elles dans l’espace ? Les sciences expérimentales et les sciences sociales pensent-elles ces questions communes différemment ? Comme l’explique Pierre Mercklé en introduction de la journée, les intervenant-e-s étaient invité-e-s à présenter et discuter des recherches en cours qui mettent ces questions à l’épreuve d’un panel diversifié de sources de données empiriques, depuis les grandes enquêtes statistiques internationales jusqu’aux données massives du Web, en passant par des corpus de données historiques issus de traitements quantitatifs d’archives. Dans le compte rendu qui suit, nous nous sommes efforcés de restituer de façon aussi précise que possible les huit interventions qui se sont succédées tout au long de cette journée, et les discussions qu’elles ont nourries.

Cliometrics and Complexity

La première intervention de la matinée est celle d’Antoine Parent, économiste (LAET, Sciences Po Lyon), qui la consacre à rappeler les conditions de la naissance de l’équipe « Cliometrics and Complexity » (CAC) au sein de l’Institut des systèmes complexes (IXXI) en septembre 2014, les ambitions du projet, ses premières réalisations et ses perspectives. Antoine Parent revient pour commencer sur la première révolution de la cliométrie, concomitante de la naissance d’un courant de la complexité en économie : la cliométrie, c’est de l’économie appliquée à l’histoire, ou pour le dire autrement, de l’histoire quantitative des phénomènes économiques, développée dans le sillage des travaux de Douglass North et Robert Fogel, qui leur valurent un prix Nobel en 1993. Il s’agit donc d’abord d’une méthode, très proche de la méthode contrefactuelle en cela qu’elle n’hésite pas à considérer l’histoire comme un terrain d’expérimentation. Antoine Parent souligne les controverses autour de cette façon d’envisager l’histoire, et il revient également sur certains des travaux marquants qui ont alimenté ce courant à son origine, en particulier ceux de Fogel sur les chemins de fer, et surtout ceux de Conrad et Meyer sur l’esclavagisme (“The Economics of Slavery in Antebellum South”, 1958, http://www.journals.uchicago.edu/doi/pdfplus/10.1086/258020), dont il détaille la démarche de collecte des données sur les prix des esclaves autant que l’analyse, qui s’opposait de façon frontale à la doxa de l’esclavage, en concluant à son caractère économiquement efficace, comme le fit du reste Fogel dans son dernier ouvrage (Without Consent or Contract : The Rise and Fall of American Slavery, 2 volumes, 1989), où il défendait l’idée que l’esclavage n’avait pas été aboli pour des raisons économiques mais pour des raisons éthiques. En s’appuyant sur ces travaux, et tout en restituant les controverses qu’ils ont suscités, Antoine Parent montre ainsi ce que sont les apports de la première révolution cliométrique, qu’il qualifie d’une certaine façon d’individualisme méthodologique appliqué à l’histoire quantitative.

Antoine Parent s’intéresse dans un second temps de sa présentation à la construction, concomitante, d’une économie de la complexité, en s’appuyant notamment sur les travaux d’Alan Kirman (Complex Economics: individual and collective rationality, Routledge, 2011). L’introduction de la complexité en économie s’est appuyée sur des modélisations de la théorie du chaos appliquée à des phénomènes économiques, qui ont largement alimentée les théories du déséquilibre portées par des économistes comme Bénassi ou Malinvaud. Qu’il s’agisse de ces travaux, ou de ceux de chercheurs comme Thomas Schelling, l’introduction de la complexité en économie s’accompagne d’une remise en cause de la doctrine classique de l’homo oeconomicus et d’une plus forte prise en compte des interactions des agents économiques avec les milieux qui constituent les contextes de leurs actions. C’est l’exploration de ces pistes, ainsi que de celles ouvertes par la théorie des jeux, qui conduit l’économie vers l’analyse des réseaux.

La proposition formulée par l’équipe CAC est celle, donc, d’une articulation entre ces deux courants, celui de la cliométrie, et celui de la complexité. Antoine Parent souligne, notamment à partir de l’exemple de l’histoire monétaire, l’intérêt de conjuguer ces deux approches pour appréhender la dynamique des interactions dans le temps. Il s’agit, en mobilisant à la fois l’analyse des réseaux et l’économétrie non-linéaire pour les appliquer à l’histoire quantitative des phénomènes économiques, de mettre en œuvre une approche théorique renouvelée qui consiste à partir des observations macro-dynamiques pour expliquer des observations historiques. En conclusion, Antoine Parent présente rapidement l’équipe CAC, qui rassemble désormais une trentaine de personnes de tous les continents, dont il détaille les différentes thématiques, explorées chaque fois dans le cadre d’une articulation entre les méthodes économétriques et celles de la physique, dans une perspective générale qui s’efforce d’enrichir à la fois les modèles des économistes et l’approche historique en économie.

Articuler les parcours biographiques et les configurations sociales

Après la présentation d’un parcours de recherche collectif, la deuxième intervention retrace cette fois un parcours de recherche individuel : l’historien Maurizio Gribaudi (EHESS) a en effet choisi d’y revenir sur l’ensemble des travaux qu’il a consacré aux relations entre « parcours biographiques, configurations et évolutions historiques ». Il se propose d’y réfléchir aux différentes façons dont il a rencontré et traité, au cours de ses recherches, la question des articulations entre parcours biographiques et configurations sociales, et de leurs relations avec la nature des conjonctures historiques et de l’espace physique dans lesquels elles s’inscrivent. De l’ensemble de son analyse, il ressort que si la dimension quantitative semble apporter des éléments importants pour la reconstitution de la géographie d’une configuration historique, c’est presque uniquement l’analyse micro-sociale qui permet d’individualiser les points de rupture et les mécanismes qui président à son évolution.

Maurizio Gribaudi commence par revenir sur sa première incursion sur ce terrain, dans le cadre d’une recherche doctorale menée au début des années 1980 (voir Gribaudi, 1987). L’analyse, en s’appuyant notamment sur les généalogies d’un millier d’individus dans un quartier ouvrier de Turin, permettait de saisir la résonance entre les parcours individuels et ceux de l’ensemble de la famille, notamment en matière de mobilité spatiale. Les différences qui apparaissaient toutefois entre la trajectoire socio-professionnelle des individus et celle de leur parenté, montraient qu’il y avait beaucoup plus de mobilité sociale dans les familles où existait une forte diversité de professions. Cette dernière observation a conduit Maurizio Gribaudi, dans ses travaux suivants tout au long des années 1980 et 1990, à interroger aussi systématiquement l’impact des groupes de pairs et des réseaux de sociabilité sur la mobilité sociale et spatiale (voir par exemple Gribaudi et Blum, 1990 ; Gribaudi, 1998). Ces travaux débouchent, à son sens, sur un questionnement plus général : est-il possible d’étudier la stratification sociale dans son ensemble à partir de corpus d’observations de relations sociales entre individus, comme par exemple les liens matrimoniaux, ou les relations professionnelles ? Tout en concédant que ses tentatives pour explorer cette piste n’ont peut-être pas été aussi spectaculairement probantes qu’on pouvait espérer (notamment en raison d’échantillon de trop petite taille, et de difficultés de catégorisations des professions et des liens), Maurizio Gribaudi en retient qu’un certain nombre de résultats très intéressants ont toutefois pu être obtenus chaque fois que l’attention se portait sur les marges des réseaux sociaux et des logiques de stratification sociale, et à chaque fois également qu’on était attentif à l’inscription de ces phénomènes dans l’espace physique. À partir d’exemples puisés dans ses travaux sur les travailleurs de la santé publique ou sur l’histoire de l’urbanisme parisien dans la seconde moitié du XIXe siècle, il montre ainsi que les trajectoires biographiques et les discours qui les accompagnent portent profondément l’empreinte de la géographie des espaces dans lesquelles elles se déploient. S’agissant justement du Paris du XIXe siècle, Maurizio Gribaudi rappelle à quel point il reste marqué par une très forte cohérence entre les structurations de l’espace physique, les métiers, les pratiques et les relations sociales qui s’y déploient. Il semble alors fructueux de lire l’espace parisien selon une grammaire dont Walter Benjamin avait esquissé le dictionnaire dans Paris capitale du XIXe siècle, en essayant d’y faire dialoguer des points reliés en constellations ou « configurations » de natures différentes : Gribaudi y trouve l’écho d’une leçon patiemment apprise tout au long de son parcours de recherche, selon laquelle chaque moment de l’histoire est ouvert, que l’histoire peut prendre à chaque moment un tournant différent de celui qu’elle emprunte finalement.

Réseaux et trajectoires pour modéliser la persécution

Les deux interventions de la session suivante continuent d’explorer le versant « historien » de l’articulation entre trajectoires et réseaux. La première, celle de Pierre Mercklé (sociologue à l’ENS de Lyon et membre du Centre Max Weber) et Claire Zalc (historienne, directrice de recherches à l’IHMC), s’intitule « Peut-on modéliser la persécution ? », et elle est consacrée aux trajectoires et aux réseaux des Juifs de Lens pendant la Seconde Guerre mondiale. L’objectif de leur travail est d’essayer d’explorer des solutions possibles aux difficultés et aux apories de ce qu’Andrew Abbott (2001) appelle le « programme standard », autrement dit l’explication de comportements sociaux par des propriétés sociales saisies à l’échelle strictement individuelle et sans tenir compte de leur dimension temporelle. À partir d’une analyse des trajectoires biographiques et résidentielles des 991 Juifs présents à Lens au début de la Seconde Guerre mondiale, ils proposent une modélisation des déterminants de la persécution qui articule les approches multivariées classiques (analyses factorielles et régressions) et des approches permettant d’articuler trajectoires et réseaux de relations. En introduction de cette intervention, Claire Zalc présente rapidement les différentes sources à partir desquelles les trajectoires individuelles des 991 Juifs de Lens ont pu être reconstituées : des recensements effectués par les autorités françaises et allemandes jusqu’aux listes nominatives de transport des convois vers les camps d’extermination, en passant par les lettres d’auto-déclaration, les dossiers d’aryanisation et les demandes de naturalisation, « l’échantillon » analysé est le produit d’un patient travail d’archives de plusieurs années. Mais quand il s’agit d’analyser les relations entre les caractéristiques démographiques (sexe, âge, origine nationale, statut matrimonial, nombre d’enfants…) et sociales (profession, revenus…) d’une part, et destins face à la persécution d’autre part, les difficultés surgissent : certains attributs jouent à certaines étapes et pas à d’autres, ou dans des sens différents ; et quand les liaisons semblent significatives, en déterminer les logiques causales reste extrêmement compliqué tant qu’on ne considère les « variables explicatives » que comme strictement individuelles.

C’est la raison pour laquelle le choix a été fait d’essayer de déterminer dans quelle mesure les relations sociales, plutôt que des caractéristiques seulement individuelles, avaient pu être déterminantes des trajectoires face à la persécution, en recourant d’une part à l’analyse des réseaux, et d’autre part à l’analyse des séquences. S’agissant de l’analyse des réseaux, Pierre Mercklé commence par rappeler la difficulté qu’il y a à reconstituer par le travail archivistique les structures des relations sociales quand celles-ci laissent aussi peu de traces. Pour la contourner, l’analyse s’est concentrée sur trois types de relations : les relations de parenté, les relations de co-appartenance à des organisations religieuses ou politiques, et les relations de voisinages, appréhendées à partir de la matrice des distances à pied entre les adresses des domiciles des Juifs de Lens au début de la Guerre. Le graphe ainsi obtenu, qui rassemble ces différents types de relations, montre que la communauté juive de Lens ne fonctionne ni comme un ghetto, ni comme une clique dans laquelle chacun serait relié à tous les autres : c’est une communauté socialement et spatialement différenciée, profondément intriquée dans l’espace urbain avec le reste de la population lensoise. Au sein de cette structure sociale, les positions occupées sont caractérisées par des « centralités » et des « intermédiarités » (le fait de faire souvent partie des chaînes d’interconnaissance qui relient indirectement les autres individus) très variables, qui ne sont pas sans effet sur les destins face aux différentes formes de persécution. Pierre Mercklé montre en effet que, contrairement à l’hypothèse selon laquelle les relations sociales peuvent fonctionner comme une ressource, un « capital social », ici elles semblent plutôt fonctionner à l’inverse, dans la mesure où les individus les plus centraux ont moins souvent échappé à la persécution que ceux qui avaient moins de relations sociales : le réseau, qui peut être une ressource, peut aussi être une contrainte, dans la mesure où la centralité peut être synonyme d’une plus grande visibilité qui fait courir un risque plus grand d’être identifié par les autorités, ce que Nicolas Mariot et Claire Zalc (2010) avaient déjà souligné à partir d’une approche qualitative des matériaux archivistiques.

Le recours à l’analyse des séquences, présenté par Claire Zalc, permet de son côté d’échapper aux difficultés liées à l’enchevêtrement chronologique des déterminants et des modalités de la persécution. Il suffit d’un exemple pour comprendre ces difficultés : on observe une relation significative entre l’identification par les autorités et le départ de Lens. Mais suivant le moment où le départ se produit, il peut être un effet de l’identification, ou au contraire une cause de l’identification, ce qui reste incompréhensible tant qu’on ne se donne pas les moyens de tenir compte de l’ordonnancement des différentes étapes des trajectoires individuelles. C’est ce que permet l’analyse des séquences, en tenant compte pour chaque individu de la chronologie de ces différentes étapes, selon une technique que les deux intervenants ont décrit en détail dans leur contribution (Mercklé et Zalc, 2014) à un ouvrage récent sur l’analyse des séquences, dirigé par Philippe Blanchard, Felix Bühlman et Jacques-Antoine Gauthier (2014). Sur la base des « séquences de persécution » ainsi reconstituées pour chacun des 991 Juifs de Lens, Claire Zalc montre que le type de trajectoire suivie dépend fortement à la fois d’un certain nombre de caractéristiques individuelles, mais aussi et surtout des positions dans la structure des relations sociales, et des trajectoires résidentielles empruntées par chacun avant le début de la Guerre : ceux dont les trajectoires les avaient amenés à résider assez longtemps en France ailleurs qu’à Lens ont plus facilement échappé à la persécution que les autres. Pierre Mercklé conclut l’intervention en rappelant que cette recherche, si elle met à jour un certain nombre de « liaisons statistiques » significatives, ne révèle aucun effet mécanique rigide, aucune causalité implacable, et plaide, dans ce cas comme dans de nombreux autres, pour des approches quantitatives prudentes, réflexives, étayées par des démarches patientes de constitution des corpus de données qui  n’ont pas nécessairement besoin d’être massives, et en tout cas des démarches aussi souvent que possible articulées à des approches qualitatives saisissant l’épaisseur et la complexité des configurations sociales, spatiales et historiques à l’échelle des individus et des groupes – un point sur lequel revient assez longuement la discussion qui s’ensuit, notamment avec l’historien Philippe Rygiel : à celui-ci qui rappelle qu’effectivement les propriétés prétendument « individuelles » sont le plus souvent fondamentalement relationnelles, Pierre Mercklé répond que c’est justement une modélisation très prudente et une connaissance très précise du corpus, à l’échelle des observations individuelles, qui permet de bien le montrer.

Un itinéraire biographique « réticulaire » au Moyen Âge

L’intervention suivante est également celle d’une historienne, Isabelle Rosé (Université Rennes-2, Tempora), qui se demande : « Le temps fait-il quelque chose à l’affaire ? », et fait un certain nombre de « Propositions méthodologiques de reconstitution et d’analyse de “l’itinéraire réticulaire” d’une reine du haut Moyen Âge ». Dans son intervention, elle propose d’explorer l’évolution des réseaux sociaux pour la période médiévale dans une perspective biographique. Elle présente son travail sur deux réseaux égocentrés : celui d’Odon, grand réformateur monastique et celui d’Emma, fille de roi. Tous les deux appartiennent à la haute aristocratie, seule catégorie offrant assez de données pour pouvoir être étudiée. Elle pose ensuite les principales questions méthodologiques : comment trouver assez de données alors qu’elles sont très rares pour cette période du Haut Moyen-Âge ? Comment tenir compte du facteur temporel pour parvenir à reconstituer les liens sociaux d’une personne ? En quoi l’analyse de réseau permet de renouveler l’approche de la biographie en sciences sociales ? Pour préciser le contexte, Isabelle Rosé souligne que ces deux personnages permettent d’illustrer la bascule du monde médiéval en faveur des aristocrates. Ces trajectoires individuelles permettent ainsi de montrer comment les hommes tissent des liens entre eux à un moment de bouleversements. Elle précise toutefois que ces deux personnes sont des cas limites : Odon pour son célibat, Emma parce qu’elle est une femme, peu présente dans les sources.

Les difficultés méthodologiques posées par ce type d’analyses sont nombreuses. Il y a tout d’abord, explique Isabelle Rosé, un problème de lacune documentaire, propre au Moyen-Âge. Cette période est en effet très pauvre en égo-documents et en séries documentaires (qui permettent d’étudier les évolutions) et les sources (quand elles sont parvenues jusqu’à nous) posent des problèmes d’identification des personnes, souvent évoquées seulement par leurs prénoms. Face à ces problèmes, elle a fait le choix de privilégier les documents diplomatiques qui ont pour avantage d’avoir été soumis publiquement et d’être donc accompagnés d’une liste des personnes présentes. Grâce à cette approche de la cooccurrence de noms sur un même document, on peut ainsi identifier des liens entre les personnes présentes à un même événement social. Ensuite, l’utilisation de documents différents peut être problématique puisque chartes et diplômes royaux n’impliquent pas le même nombre d’acteurs. De plus, le type d’acteur étudié est également un biais dans la mesure où les femmes n’apparaissent pas sur les chartes, sauf exceptions. Enfin, la comparaison des réseaux est très difficile à faire si l’on n’a pas de récit biographique. Par exemple, l’enfance n’apparaît pas dans les documents disponibles pour la période, alors que la formation est déterminante. Et les problèmes ne sont pas seulement méthodologiques, mais également épistémologiques : d’une part, le recours aux réseaux égocentrés vise habituellement plutôt à évaluer leur ampleur et leur étendue maximale, alors qu’il s’agirait ici de se placer dans une perspective diachronique ; et surtout, il peut y avoir une difficulté à vouloir étudier de cette façon des « individus » alors que ce terme peut paraître anachronique à des médiévistes.

Dans une deuxième grande partie de son exposé, Isabelle Rosé présente sa démarche. Elle s’est servie d’un tableur pour mettre en lien deux personnes en précisant la modalité de leur lien à chaque fois : interaction (qui résulte de la cooccurrence sur les chartes), opposition, relations de parenté… À partir de ces liens, elle a construit deux types de réseaux : un réseau actif, et un réseau dormant (ou potentiel). La temporalité de ces liens est également essentielle, mais il est impossible de donner une date unique pour une relation de longue durée. Elle a donc choisi d’attribuer une date de début et une date de fin à chaque lien. Ces liens sont majoritairement des liens entre deux personnes, mais Isabelle Rosé a également pris en compte les liens entretenus avec les institutions religieuses, centrales dans la sociabilité du Moyen-Âge. Quant à la délimitation du corpus, elle a choisi de se limiter à la vie de la personne pour l’extension temporelle, mais au niveau des sources, elle a fait appel à des documents qui ne se limitent pas à ceux qui citent la personne. Pour reconstruire le réseau social d’Emma, elle a ainsi fait appel à des documents qui mentionnent ses parents ou son époux. À partir de l’exemple d’Emma, Isabelle Rosé présente la constitution de sa base de données et la démarche technique en projetant l’évolution du graphe de son réseau social. De nombreuses variables ont été codées (durée, lieu, nature du lien…). Isabelle Rosé précise que ce n’est pas un instantané du graphe de la vie d’Emma qui l’intéresse, mais son évolution. Grâce à l’aide de Claire Lemercier, elle a ainsi pu créer une succession des graphes illustrant les évolutions et les ruptures dans la vie d’Emma.

Dans un dernier temps, Isabelle Rosé présente les enjeux de sa démarche. Cette analyse de réseau a en effet permis de créer du savoir sur une personne et d’enrichir sa biographie grâce à l’identification de ruptures biographiques jusque là inconnues parce qu’elles n’apparaissaient pas dans les documents. Isabelle Rosé prend l’exemple des milieux sociaux d’Emma et de son époux, très éloignés au début, qui se rapprochent progressivement jusqu’au mariage où ils se rejoignent pour ne plus se séparer : cette analyse de l’insertion sociale a permis de connaître la date du mariage. Pour conclure, Isabelle Rosé souligne l’intérêt de cette analyse réticulaire pour comprendre le fonctionnement de la société médiévale. En comparant différentes trajectoires, on peut en effet faire émerger des traits communs. Dans ses travaux, elle a ainsi pu identifier l’importance de la formation pour les hommes. Elle a également pu faire des constats sur les différentes stratégies de pouvoir ou sur la signification sociale de l’appartenance aux réseaux (par exemple, la multi appartenance à des réseaux est un critère de hiérarchie sociale).

De la factorisation de matrices pour suivre l’évolution de réseaux dynamiques

Les trois premières interventions de l’après-midi rendent compte de recherches menées par des physiciens et des informaticiens de l’ENS de Lyon. Dans la première, Pierre Borgnat présente des travaux sur le recours à la factorisation de matrices pour suivre l’évolution de réseaux dynamiques. Pierre Borgnat indique qu’il s’agit de mettre l’accent sur les méthodes qui associent traitement du signal et dynamiques de réseaux complexes, à partir de données portant ici sur les utilisations d’un service urbain de vélos en libre service (Vélov, à Lyon), dont il s’agit d’essayer d’extraire des signaux. Le service est modélisé sous la forme d’un réseau dynamiques, dont les stations de vélo sont les nœuds tandis que les liens correspondent aux déplacements, localisés dans l’espace et dans le temps, des vélos entre les stations. Au-delà du caractère spectaculaire du graphe animée qui représente les six millions de déplacements annuels qui alimentent la base de données, Pierre Borgnat montre comment le recours à la méthode de la factorisation en matrice non négative (NMF) permet d’identifier un certain nombre de logiques fondamentales structurant ces déplacements, selon différentes temporalités emboîtées : la factorisation de matrices permet de dissocier des cycles de déplacements quotidiens (différenciés selon le moment de la journée) et des cycles hebdomadaires (opposant la semaine et le week-end). Une mise en carte permet de repérer les lieux privilégiés en fonction de ces modes d’activations (les lieux de soirées en bord de fleuve pour la nuit et le soir par exemple).

Pierre Borgnat montre ensuite que cette méthode peut être appliquée à d’autres types de réseaux dynamiques, à partir d’un corpus constitué de tous les échanges de courriers électroniques entre les cadres de l’entreprise américaine Enron, dont l’analyse permet de voir l’évolution, avec des ruptures autour de crises de l’entreprise. Des profils se distinguent (profils en semaine de gens qui répondent au fur et à mesure et profils de gens qui répondent à tous les mails le lundi matin). Mais la crise fait apparaître de nouveaux modes d’envoi de mail avec apparition de mails tard la nuit. On observe ainsi un changement quantifiable des structures dynamiques des échanges en fonction de variations des contextes de ces échanges.

Les transformations des réseaux personnels à l’entrée à l’université

Dans l’intervention suivante, Éric Fleury, chercheur en informatique à l’ENS de Lyon, présente des travaux menés avec Yannick Léo, Sami Jouaber, Marton Karsai, Carlos Sarraute et Jari Saramaki, à partir de données massives. Dans un gigantesque corpus de données d’appels téléphoniques mobiles et d’échanges de SMS, il s’agit de retenir celles qui concernent environ un millier d’étudiants qui viennent de rentrer à l’université, et dont on étudie les transformations des réseaux personnels. L’analyse recourt à la notion de « signature sociale », qui est une mesure quantitative de la stratégie sociale de chaque personne qui se mesure par le temps passé à entretenir chaque relation sociale. Cette signature sociale caractérise, pour chaque individu, la distribution de ses appels téléphoniques entre ses différents contacts : certains entretiennent des relations très intenses avec un très faible nombre d’individus, et d’autres au contraire entretiennent des relations d’intensité à peu près égale avec un beaucoup plus grand nombre d’individus. Il s’agit alors de déterminer dans quelle mesure et de quelle façon un événement biographique donné transforme le réseau, ici avec le cas de l’entrée à l’université.

Éric Fleury formule un certain nombre d’hypothèses sur la nature des relations sociales qui, si elles sont importantes pour le bien-être, constituent un investissement en temps (mesurable) et en puissance de calcul pour le cerveau (des efforts). La question se pose alors de savoir comment un individu va allouer une partie de son temps aux différentes relations. À l’entrée à l’université, y a-t-il une transformation du réseau personnel ? Éric Fleury présente un certain nombre de résultats préliminaires autour des stratégie sociales des étudiants. Tout d’abord, on constate une permanence de la stratégie (autrement dit de la signature sociale) d’une même personne : le même type de stratégie se maintient dans le temps, ce qui n’empêche pas d’observer un certain nombre d’évolutions des réseaux personnels, qui amènent les réseaux des étudiants à se rapprocher de ceux de leurs relations (en termes de poids et de réciprocité des liens en particulier). Éric Fleury évoque pour conclure les principaux enjeux de ces analyses : on constate une augmentation des liens sociaux avec l’entrée à l’université, et on note également une corrélation entre l’évolution des situations socio-économiques des individus et celles de leur signature sociale. L’une des perspectives de cette recherche serait de questionner le lien entre la stratégie sociale et la réussite à la sortie de l’université. Toutefois, faute des données de sortie d’université, il n’est pas encore possible de répondre à cette question et d’avoir une trajectoire complète.

Trajectoires et réseaux pour rendre compte de l’émergence d’un nouveau domaine scientifique et de la fermeture de commerces

C’est ensuite au tour de Pablo Jensen, physicien à l’ENS de Lyon, de présenter d’abord une méthode pour décrire l’évolution temporelle d’un domaine scientifique en partant de ses publications. La méthode est illustrée par l’histoire de l’émergence des « ondelettes », un outil mathématique d’analyse des images et des signaux temporels, développé dans les années 1980-90 à l’intersection des mathématiques, la physique et l’ingénierie. À l’origine de ce travail, Pablo Jensen rappelle une première étude sur la description mésoscopique de l’importance relative des champs scientifiques à un moment donné. Cela peut se faire sur l’ensemble des publications d’un pays ou sur un domaine scientifique (par exemple, l’IXXI a construit une cartographie du domaine des systèmes complexes pour mieux comprendre l’extension du domaine).

L’intervention revient ensuite sur l’introduction de la dynamique dans cette analyse des réseaux, qui s’est faite ici de deux manières opposées : soit en déterminant une structure globale à toutes les années qui permet d’observer l’évolution des différentes catégories à l’intérieur de cette structure mais qui mutile les évolutions temporelles de l’ensemble de la structure ; soit à l’autre extrême, en découpant des fenêtres temporelles et en examinant les structures à l’intérieur de chaque fenêtre. Mais se pose alors le problème inverse, celui de la stabilité des structures observées et représentées…

Concrètement, dans le cas présent, on a identifié une petite centaine d’acteurs centraux de la naissance du domaine, et on a constitué une base avec l’ensemble de leurs publications (soit 6 500 articles entre 1970 et 2012), à partir de leurs enregistrements dans la base Web of Science. Le problème est de déterminer comment l’arrivée des ondelettes a modifié la publication d’articles. Le réseau est construit à partir de nœuds, qui correspondent aux articles (et non aux auteurs), et de liens, qui correspondent aux citations entre les articles. Entre les années 1980 et la décennie suivante, il en ressort que la topologie du domaine change complètement : le réseau des liens entre les articles devient beaucoup plus dense, et on passe de petits groupes épars avec une forte modularité, à une vaste composante connexe, avec une faible modularité. Pour décrire ensuite l’évolution des sous-champs, il faut une analyse mésoscopique pour évaluer les liens entre les articles : certains articles sont plus fortement reliés aux autres. Le regroupement de ces articles fortement reliés permet d’identifier, en s’appuyant sur des mesures de modularité, une communauté scientifique. L’identification de ces modules permet de mettre en évidence la plus forte collaboration entre auteurs. Pablo Jensen revient alors sur l’un des problèmes propres aux études sur la modularité, qui laissent un certain flou sur les catégories. L’algorithme reste parfois opaque sur la manière dont il rapproche les articles dans un même groupe. La méthode en cours d’élaboration (développée dans la thèse de Matteo Morini) serait alors de créer des groupes très compacts d’articles, à une échelle très minime, très difficiles à séparer, appelé des « atomes historiques ». Il s’agit d’en tenir compte dans la « clusterisation » des évolutions, en ne prenant en compte que les évolutions qui se confirment pour éviter le bruit, les catégories créées prenant en compte ce qui se passe à t-1 et t+1.

Pablo Jensen présente ensuite un second exemple, qui porte cette fois sur la dynamique de la localisation de commerces à Lyon. Certains sont très éparpillés (les boulangeries), d’autres très concentrés (les magasins de chaussure). L’objectif est de comprendre ces logiques de localisation grâce à une base de données fournie par la Chambre de commerce de Lyon : tous les commerces de Lyon sont recensés sur les cinquante dernières années. La question qui se pose alors est de savoir si et comment l’évolution de tel commerce permet de prédire s’il y aura une évolution des commerces alentours (par exemple, l’ouverture d’un supermarché fait-elle fermer des commerces alentour) ? Pour répondre à ces questions, Pablo Jensen propose des essais réalisés autour d’arbres de décisions. Pour l’exemple des boulangeries (dont 6% ferment chaque année dans le grand Lyon), l’une des variables explicatives principales est l’évolution des commerces autour : si le nombre de commerces autour augmente, les boulangeries ont peu de chance de fermer. Cet exemple est l’occasion d’illustrer la difficulté à raisonner de façon linéaire.

Carrières académiques et évolutions des réseaux de collaboration scientifique

La dernière intervention de la journée rend compte des travaux d’une équipe de sociologues suisses (Pierre Benz, Felix Bühlmann, André Mach et Thierry Rossier) sur les évolutions des réseaux de collaboration scientifique et des carrières académiques, à partir du cas des professeurs de sciences naturelles en Suisse. Leur questionnement porte sur le rôle des réseaux de collaborations scientifiques dans la consécration académique. Celle-ci sera mesurée par l’obtention de prix scientifiques et l’accès à des positions institutionnelles (professeurs d’université, recteurs d’université, membres du comité d’organisations académiques). Dans quelle mesure la taille et la composition du réseau contribuent-elles au prestige scientifique ou à la consécration institutionnelle ? Ou, à l’inverse, dans quelle mesure les prix scientifiques et les positions institutionnelles ont-ils une influence sur la taille et la composition de ce réseau ?

C’est le sens de cette relation que propose de questionner l’intervention de Pierre Benz et Thierry Rossier, qui sont tous les deux doctorants au sein d’une équipe de l’université de Lausanne qui travaille sur les transformations des élites suisses. Le travail qu’ils présentent aujourd’hui est un chantier en cours, inauguré au début de cette année, qui porte sur les carrières des professeurs de sciences naturelles, et leurs interactions avec les transformations des réseaux scientifiques. L’idée est de mesurer la dimension temporelle des réseaux de collaboration scientifique, en s’appuyant d’un côté sur des informations sur les trajectoires, et de l’autre sur des informations sur les réseaux de collaboration scientifique : les projets menés en communs, leurs disciplines d’inscription, etc.

Les bases de données mobilisées regroupent d’une part des données prosopographiques sur les professeurs et les élites suisses en général (environ 25 000 fiches biographiques), et d’autre part des données sur leurs collaborations scientifiques (projets soutenus par le Fonds national suisse, publications…). Pour les élites académiques, il s’agit des professeurs ordinaires et extraordinaires des universités et des écoles techniques suisses, pour cinq cohortes. L’échantillon complet comporte 5979 professeurs, avec des indicateurs simples, et deux sous-échantillons emboîtés comportant des indicateurs plus approfondis, et qui concernent les disciplines du pouvoir : l’économie et la gestion, le droit, et les sciences naturelles. Le travail présenté aujourd’hui porte sur ces derniers, au nombre de 343 dans l’échantillon, et sur leurs liens, à partir des projets FNS obtenus.

Le recours à l’analyse de séquences permet de décrire analytiquement les carrières scientifiques des professeurs de sciences naturelles. La technique, dérivée de l’analyse de l’ADN, a été importée dans les sciences sociales par Andrew Abbott (1990), permet de dépasser les analyses basées sur une seule transition (event history analysis), de garder la dimension de la temporalité et de l’ordre de la succession des étapes dans les carrières. À l’aide de techniques d’appariement optimal (optimal matching analysis), il est possible de dégager une catégorisation des carrières qui montre que l’on peut distinguer sept types de carrières différents : les carrières à l’étranger, les carrières nationales avec accès rapide à la stabilité, les carrières standards en Suisse, les carrières d’excellence internationale, les parcours extra-académiques, les carrières de professeurs associés, les carrières de séniorités avec un fort localisme en Suisse, et un accès beaucoup plus tardif à la stabilisation. Et ce que montre ensuite la confrontation entre cette typification et les caractéristiques des professeurs, c’est que les carrières sont liées à des profils différents, à la fois en termes de types d’institutions, de disciplines, et d’inscription dans les réseaux scientifiques.

Les perspectives pour la suite de cette recherche sont de deux ordres, l’objectif étant de relier les transformations des trajectoires et les transformations des réseaux. Deux pistes possibles : mettre en lien les types de trajectoires et les positions dans le réseau ; créer des séquences de réseaux (par exemple à partir de mesures annuelles de la centralité dans les réseaux de collaboration).

 

Pour conclure, Pablo Jensen s’appuie sur ces deux exemples et sur ceux fournis par un certain nombre d’interventions précédentes pour se demander si les données massives (big data) permettent réellement d’apporter des réponses aux questions que se posent les sciences sociales. D’après lui, elles ne confirment généralement que des choses déjà connues. En revanche, ce sont des outils de vision globale qui, s’ils posent des questions bien connues, permettent d’envisager les problèmes à une plus grande échelle. Il propose donc, pour conclure son intervention, une modélisation des interventions qui ont eu lieu depuis le matin. Selon lui, dans les exposés de SHS, la majeure partie du temps est consacrée à passer du monde au réseau (outil formel en général) avec le souci, voire l’obsession de déterminer ce qu’on perd en passant de l’objet d’étude à sa méthode. De l’autre côté, dans les sciences formelles, une grande partie de l’exposé porte plutôt sur la question de ce que le réseau permet d’apprendre, sur le monde et sur l’outil lui-même. Le retour au monde est là pour vérifier la validité de l’outil formel plus que pour apporter des connaissances nouvelles sur le monde.

Références bibliographiques

Abbott Andrew, 2001, Time Matters. On Theory and Method, Chicago, University of Chicago Press.

Blanchard Philippe, Bühlmann Felix et Gauthier Jacques‐Antoine (dir.), 2014, Advances in Sequence Analysis: Theories, Methods and Applications, New York, Peter Lang.

Gribaudi Maurizio (dir.), 1998, Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS.

Gribaudi Maurizio et Blum Alain, 1990, « Des catégories aux liens individuels. L’analyse statistique de l’espace social », Annales ESC, n° 6, novembre-décembre, pp. 1365-1402, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1990_num_45_6_278914 (consulté le 29/11/2016).

Mariot Nicolas et Zalc Claire, 2010, « Les Juifs du bassin lensois face à leurs voisins : entraides, concurrences, dénonciations (1940-1945) », in Terrier Didier et Rainhorn Judith (dir.), Vivre avec son étrange voisin. Altérité et relations de proximité dans la ville, XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 237-253, https://www.academia.edu/8471386/Les_Juifs_du_bassin_lensois_face_%C3%A0_leurs_voisins_concurrences_d%C3%A9nonciations_entraides_1940-1945_with_Claire_Zalc_?auto=download (consulté le 30/11/2016).

Mercklé Pierre et Zalc Claire, 2014, « Trajectories of Persecution through World War II: Contributions to the Microhistory of Holocaust », in Blanchard Philippe, Bühlmann Felix et Gauthier Jacques‐Antoine (dir.), Advances in Sequence Analysis: Theories, Methods and Applications, New York, Peter Lang.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *