Analyse de réseaux à l’automne 2016

Les séminaires réguliers type Complex networks (Paris 6) ou Réseaux et régulations (CSO SciencesPo Paris) ne sont pas répertoriés ici. Seuls les événements français sont mentionnés. Cette liste commentée ne prétend pas être exhaustive, n’hésitez surtout pas à compléter via les commentaires – le billet sera actualisé au fur et à mesure.

Nice, 22 au 24 septembre : quatrième rencontre Réseaux et histoire. Les textes des interventant.e.s sont (presque tous) disponibles en ligne sur le site http://reshist.hypotheses.org. Le GDR finance un doctorant, il y aura donc un compte-rendu sur ce site d’ici quelques mois.

Rouen, 11 octobre : premier workshop du GDR sur le thème Réseaux et centralité(s). Le programme est en ligne depuis quelques semaines, les résumés longs des interventions seront disponibles mi-septembre, si les auteur.e.s respectent les délais évidemment.

Toulouse, 12 au 14 octobre : CARTABLE Colloque apprentissage de réseaux : de la théorie aux applications en biologie et écologie. Entrée libre mais inscription nécessaire sur le site (https://cartable.sciencesconf.org/). L’acronyme est excellent et surtout l’analyse de réseaux écologiques a une longue histoire souvent méconnue des autres disciplines mobilisant cet outil. Un manuel sur ce thème doit paraître à la rentrée, j’en reparlerai donc très vite.

Toulouse, 13 et 14 octobre : Journées d’étude sur le thème Réseaux, circulations, échanges et co-organisé par le Réseau thématique 26 de l’AFS (Association française de sociologie), ResTo et le GDR AR-SHS. Les soumissions sont possibles jusqu’au 31 août donc il faut encore patienter un peu pour le programme.

Mea culpa

Je n’ai pas vu passer ce colloque bordelais (28 et 29 juin 2016) intitulé Réseaux criminels, réseaux d’acteurs et leurs interactions. Le programme est en ligne sur le site de la conférence

Complex Networks 2016 – compte rendu de Maxime Lenormand

Le compte-rendu peut également être téléchargé au format .pdf.

La conférence Complex Networks: from theory to interdisciplinary applications s’est tenue du 11 au 13 juillet 2016 à Marseille, et j’y étais ! Cet événement a été organisé en marge de la 26ème conférence internationale en Physique Statistique hébergée cette année à Lyon. Durant 3 jours, des chercheurs de tous bords se sont réunis au palais du Pharo pour échanger autour de la théorie des réseaux et de son application en épidémiologie, sociologie, économie, biologie, neuroscience et éthologie.

Le format de ce type de conférence est vraiment appréciable, avec un nombre raisonnable de participants, deux sessions plénières par jour avec trois intervenants invités ainsi que deux sessions parallèles portant sur des applications différentes avec un total de 64 présentations et 39 posters.

La Science des Réseaux est devenue ces dernières années une discipline à part entière. Cet engouement pour les approches réseaux est dû à leur caractère générique permettant de décrire de nombreux processus. Une fois le système décrit dans le langage réseau il peut être analysé à l’aide d’une large palette d’outils et mesures implémentés dans de nombreux langages de programmation. Parmi les nombreuses applications possibles, l’étude de la diffusion de maladies infectieuses se prête particulièrement à l’approche réseau. Tout d’abord d’un point de vue méthodologique, la propagation d’une maladie infectieuse est dynamique (changement d’état Suseptible-Exposed-Infectives-Recovered) et peut être étudiée avec différent types de réseaux : pondérés, temporels ou encore multiplexes, ce qui en fait un cadre applicatif très intéressant. D’un point de vue thématique ensuite, dans un monde de plus en plus mobile, les maladies infectieuses causent de nombreux dommages socio-économiques et les autorités publiques ont besoin d’experts et d’outils de simulation et d’aide à la décision pour essayer de comprendre et prévoir l’évolution d’une épidémie. Dans ce contexte, ce n’est donc pas étonnant que de grands noms de la science des réseaux tel que Alessandro Vespignani se soit spécialisés dans ce type d’application. Il a fortement contribué à ce domaine de recherche en proposant notamment l’impressionnant modèle GLEAM permettant de simuler l’évolution d’une épidémie à une échelle mondiale en se basant sur des données de mobilité humaine. De nombreux physiciens et informaticiens travaillent maintenant sur ce sujet donnant lieu à de nombreux workshops et présentations dans les conférences portant sur les systèmes et réseaux complexes. La conférence Complex Networks 2016 n’a pas échappé à la règle en nous offrant un panel d’intervenants invités connectés de près ou de loin à la ISI foundation dont Alessandro est le responsable scientifique. Le premier jour, Daniela Paolotti nous a parlé de prévision et de grippe avec une présentation plutôt intéressante sur le besoin de collecter activement les données relatives à la grippe par le biais d’enquêtes, après avoir constaté la présence de biais dans les données collectées passivement [1]. Ils ont donc mis en place une plateforme en ligne https://influenzanet.eu/ dans le but de collecter les symptômes liés à la grippe en Europe (environ 40K participants et plus de 150K rapports de symptôme). Les résultats obtenus sont plus ou moins en accord avec ceux observés par le centre européen de prévention et contrôle des maladies (Figure 1).

Fig2
Figure 1 : Comparaison des estimations d’incidence hebdomadaire des syndromes grippaux obtenues via la plateforme Inluenzanet.eu avec ceux de l’ECDC. (Source : Twitter @alexvespi)

Le deuxième jour, Vittoria Collizza a présenté une étude sur la vulnérabilité aux infections. Elle y a notamment mentionné l’exemple de la contamination en milieu hospitalier en utilisant des données d’interactions entre patients, infirmières et médecins disponibles ici. L’idée étant de proposer des scenarios de prévention et de contrôle permettant de diminuer le nombre d’infections. Il était un peu tôt et je n’avais pas eu le temps de boire un café mais je crois me souvenir que les infirmières étaient, sans grande surprise, le vecteur principal de contamination. Le papier est en préparation et devrait être mis en ligne bientôt. Le dernier jour, Yamir Moreno a présenté un travail sur la propagation simultanée de deux maladies à l’aide d’un réseau multiplexe. La présentation était un peu technique pour les non-initiés mais l’idée est de monter en complexité en proposant un modèle permettant d’étudier la diffusion conjointe de deux maladies infectieuses au sein de la même population, un bon cadre applicatif pour le sujet brûlant des réseaux multiplexes. J’ai aussi retenu deux présentations intéressantes durant la session parallèle dédiée aux réseaux en épidémiologie à laquelle j’ai assisté; la présentation de Davide Colombi sur la diffusion de la rage au sein d’un réseau de mobilité de chiens en Afrique et la présentation d’Alessio Cardillo sur la question de la vaccination analysée sous l’angle de la dynamique d’opinion.

Un autre thème très en vogue (notamment) au sein de la communauté des réseaux complexes est l’analyse des réseaux sociaux et l’étude des ego networks (étude des réseaux à un niveau individuel). Cet engouement n’est pas sans rapport avec le nombre croissant de données de plus en plus accessibles par la communauté scientifique, avec notamment les incroyables volumes de données générées quotidiennement par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication et par les médias sociaux. Ces données nous permettent d’observer les comportements humains et la façon dont ils interagissent ensemble et avec leur environnement avec une haute résolution spatio-temporelle encore inimaginable il y a une dizaine d’années. Ces observations ne représentent bien sûr qu’un échantillon (biaisé) de la réalité mais elles offrent néanmoins une opportunité unique d’étudier le comportement de millions d’individus à différentes échelles. C’est en s’appuyant sur ce type de données que Lucas Aiello a présenté une vue d’ensemble de ses travaux. Il nous a notamment parlé de lien social sur la toile et la manière d’en quantifier l’intensité. Au-delà du nombre de conversations et du contenu des messages, la méthode proposée par Lucas et ses collègues repose sur l’identification de différents types d’interactions au sein des conversations. Les différents domaines d’interactions ont été détectés automatiquement à l’aide d’un algorithme de détection de communauté basé sur les ressemblances textuelles [2]. En appliquant la méthode sur différents jeux de données (aNobii sorte de facebook pour les fans de livres et Flickr réseau social de partage de photos), trois domaines d’interactions ont été identifiés : l’échange de banalités, souvent positif, liées au statut social (Status exchange), l’échange de savoir (Knowledge exchange) et enfin le soutien social (Social support). Ces différents types d’interactions évoluent différemment au cours de la conversation (Figure 2). On commence par faire connaissance en se félicitant sur son statut social au sein de la communauté, on échange ensuite de plus en plus de connaissance sur le sujet traité (les livres pour aNobii) et enfin, plus on avance dans la conversation plus la proportion de messages personnels augmente. J’ai trouvé plutôt intéressant l’idée de pouvoir étudier les mécanismes en action durant la création d’un lien entre deux personnes à partir d’une méthode de classification automatique appliquée à des conversations issues d’un grand jeu de données. Lucas a fini sa présentation sur la façon dont l’information se diffusait d’une communauté concentrée autour d’un sujet particulier (topical community) au reste du réseau social. Il a illustré son propos avec le cas de la vitesse de diffusion d’images pornographiques à des individus n’étant pas présents dans la communauté « de pornographes » dont l’image était issue. Les résultats montrent que sur une communauté de 63K utilisateurs il y aurait potentiellement 40M autres utilisateurs exposés de manière non intentionnelle au contenu diffusé par la communauté.

Fig3
Figure 2 : Evolution de la proportion de messages par domaine d’interactions en fonction de la longueur (haut) et de la durée de la conversation (bas) (Source : http://arxiv.org/pdf/1407.5547v1.pdf)

Il y aussi de nombreuses observations collectées plus activement en munissant un groupe d’individus de GPS ou de radio-étiquettes (radio-identification – RFID) pour étudier leurs déplacements et leurs interactions. Jari Saramäki a présenté des résultats préliminaires d’une étude portant sur le rythme circadien de 1000 étudiants à Copenhague. Le rythme des étudiants est assez régulier et on observe différents chronotypes : lève-tôt, couche-tard et « normal ». J’ai été curieux d’apprendre que les lève-tôt (dont je fais partie) tendent à avoir un réseau social plus petit que les autres. Au niveau saisonnier, le réseau social des étudiants tend à s’agrandir en été et durant la période des examens. Des analyses plus poussées sont apparemment en cours, j’ai hâte de voir le papier et j’espère que les données seront mises à la disposition de tous (on peut toujours rêver !). Il y a aussi eu quelques présentations (dont celle de Vittoria décrite plus haut) basées sur les données d’interactions en face-à-face collectées dans le cadre du projet collaboratif SocioPatterns coordonné par deux organisateurs de la conférence, Alain Barrat et Ciro Cattuto. Toutes les données collectées sont disponibles sur le site et commencent à être beaucoup utilisées. Michele Tizzoni a présenté l’analyse du dernier jeu de données mises en ligne, 32425 contacts entre 75 individus répartis dans 5 ménages kényans et suivis durant 3 jours [3]. L’expérience va être répétée sur une plus longue période avec beaucoup plus de participants dans les mois à venir.

Petite parenthèse, je ne suis probablement pas le mieux placé pour en parler mais je trouve toujours dommageable le manque de transdisciplinarité dans ce genre de projets et l’absence de réelles connexions entre les sciences de la nature / formelles et les sciences humaines et sociales. Il y aurait souvent besoin de mettre un peu de « chair » sur les résultats obtenus. C’est un sentiment que je ressens souvent dans mes propres recherches quand je travaille sur la mobilité humaine, les modèles d’interactions spatiales, la ségrégation spatiale ou encore l’étude des systèmes de villes avec de nouvelles méthodes et de grands jeux de données géolocalisées. Les liens entre différentes disciplines sont souvent difficiles à créer (et à entretenir) mais cela en vaut sûrement la peine, particulièrement dans cette ère du big et open data.

Fig4
(Source : http://xkcd.com/793/)

Pour finir sur la thématique des réseaux sociaux, quelques travaux intéressants en éthologie avec notamment la présentation de Nicolas Claidiere portant sur l’identification automatique des liens sociaux au sein d’une communauté de babouins à partir de tests cognitifs. Les tests cognitifs ont lieu dans des « boites » accessibles librement par les 22 babouins vivant en captivité. En étudiant la coprésence des babouins durant les tests cognitifs, Nicolas et ses collègues ont montré que l’on pouvait reconstruire le réseau social de la communauté.

Comme vous avez pu le remarquer je me suis surtout intéressé aux présentations portant sur la diffusion d’épidémies et aux réseaux sociaux. A noter tout de même le travail très impressionnant de Viktor Jirsa sur le développement d’un cerveau virtuel, pas facile cependant d’évaluer les enjeux pour les non-spécialistes. J’ai aussi apprécié la présentation de Tina Eliassi-Rad qui a proposé une liste d’axiomes permettant de choisir de manière rigoureuse les métriques permettant de comparer différents réseaux et l’intensité des liens. Je suis tout de même un peu déçu par le manque de spatialité, très peu de présentation sur les réseaux spatiaux, encore moins sur la ville et la mobilité humaine mis à part les travaux de thèse de Claire Lagesse sur la lecture de la ville à travers ses lignes. Il y avait aussi ma présentation portant sur la redistribution des richesses au sein des villes, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à notre papier disponible ici (un peu d’autopromotion ne fait jamais de mal).

Pour conclure, je tiens à remercier chaleureusement le groupement de recherche « Analyse de réseaux en sciences humaines et sociales » pour le support financier ainsi que les organisateurs de la conférence. Je vous laisse avec une figure construite à partir de données que j’ai grattées sur Google Scholar (à l’aide de la fonction em>get_publications du package R scholar). Elle représente le réseau basé sur le nombre de papiers en commun entre les membres organisateurs et les intervenants invités de la conférence (apparemment Viktor Jirsa et Tina Eliassi-Rad ne font pas partie du réseau des réseaux complexes).

Fig5
Figure 3 : Réseau basé sur le nombre de papiers en commun entre les membres organisateurs (carré) et les intervenants invités (cercle) de la conférence Complex Networks 2016.

Références
[1] David Lazer, Ryan Kennedy, Gary King, and Alessandro Vespignani (2014) The Parable of Google Flu: Traps in Big Data Analysis. Science, 14, 343:1203-1205.
[2] Luca Maria Aiello, Rossano Schifanella, and Bogdan State (2014) Reading the source code of social ties. In Proceedings of the 2014 ACM conference on Web science (WebSci ’14). ACM, New York, NY, USA, 139-148.
[3] Moses C Kiti et al. (2016) Quantifying social contacts in a household setting of rural Kenya using wearable proximity sensors. EPJ Data Science, 5:21.

A propos de moi : Je suis chercheur en analyse et modélisation spatiale à Irstea de Montpellier (UMR TETIS). Je m’intéresse à l’analyse de grandes bases de données et à la modélisation des systèmes complexes spatialisés avec une attention particulière portée sur les systèmes urbains et la mobilité humaine. Pour plus d’informations n’hésitez pas à visiter mon site et mon blog (http://maximelenormand.github.io/).

EUSN 2016 – compte rendu d’Olivier Marcel

Le GDR a financé deux participants au Second colloque européen d’analyse de réseaux sociaux (Paris, 14-17 juin). Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu rédigé par Olivier Marcel, géographe originaire de Brest. Il est également téléchargeable au format .pdf.

A state of the graph at the Second European Conference on Social Networks (Paris)

« Egos » and « alters », « centrality » and « homophily », “ERGMs” and “R packages”: the EUSN 2016, Second European Conference on Social Networks, was a gathering of social and computer scientists fluent in the rich lexicon of Social Network Analysis (SNA). Hosted in the Science Po Paris premises, the 4 day meeting was focused not on a region, a period, or a phenomenon, but rather on a cluster of methods forming a self-avowed “new paradigm” for social sciences. As challenging as it is to identify a common thread to such a broad event (15 workshops, 32 panels and 2 keynotes), the clearest denominator of the conference’s content was probably the fertile notion of “tie”, that is also at the very core of network theory. How to measure and visualize the ties between individuals, what meaning and affordance can they provide, and more fundamentally what generates and sustains them? This conference, among a series of other similar events blossoming in European academia and particularly in France, is additional testimony to the topicality of SNA.

Some characteristics of the cohort of over 250 scholars participating to the conference are worth pointing out to highlight the traits of SNA as a contemporary research field. First and foremost, the multidisciplinarity was striking. While SNA is a child of quantitative sociology, notably acknowledged throughout the conference by the recurring references to the tutelary figures of the Harvard group (namely Harrison White and his disciples), the presenters were nonetheless engaged in the academic fields of history, geography, economy, political science or computer science. But contrary to many other multidisciplinary platforms that encounter the Babel confusions, it was remarkable how SNA jargon served in this instance as a shared set of references for scholars of apparently different backgrounds and expectations. Yet, this does not automatically imply transdisciplinarity and fluid circulation of research practices and agendas, as discussed further on.

A second outstanding feature was a sense of internationality, allowed by the universalistic promise and seemingly “non-situatedness” of SNA theoretical framework. However, locating the cities of the participants’ main academic affiliation, the following map brings nuance to this promise by visualizing the contours of the internationality convened by the conference.

figure1
Illustration1: Geography of an academic field

It is to be noted that the above map is focused on Europe to match the scale implied by the conference title. This excludes a dozen participants affiliated to institutions based in the USA and Australia, and a couple in Peru and India. That being said, the “Global South” was clearly the “missing link” in an unapologetically western network. More specifically, the geography of the gathering echoes that of the Manchester-Milan Axis, suggesting that if SNA is an emerging paradigm, it is indeed emerging from the locus of power and well-endowed institutions. This is corroborated by the strong occurrence of economic themes. A basic query in the conference’s 321 page book of abstracts shows “business”, “trade” and “entrepreneur” total over 320 instances, while the critical studies tryptic “class”, “race”, “gender” and their synonyms don’t stack up to 50.

This admittedly simplistic description leads nonetheless to a significant question for the field: to what extent is the SNA a toolbox for critical thinking? Albeit a minority, some participants did indeed delved into issues of inequality, integration or social change based on SNA methodology. A most remarkable example was the keynote speech of Miranda Lubbers and José Luis Molina, from Barcelona, who addressed “livelihood strategies of immigrants” and “survival strategies of the poor” using a combination of ethnographic method and multilevel network analysis applied to “unbounded social groups”, a clever formulation in the framework of SNA and an invitation to expand the domain of the field (the bonds of the unbounded?). Other participants working on knowledge circulation evoked the potentialities of linking participatory methodologies such as network mapping to support empowerment processes or conflict resolution.

Notwithstanding the prevailing hierarchy of scientific geography, Eastern and Southern Europe presence was all but anecdotal, validating the scientometric study of Michel Grossetti et al. (2013) whose work describe a deconcentration process within global scientific production. Those scholars, affiliated to the University of Toulouse– again an outstanding counter-example of the previously described pattern–, were also vocal participants during the conference. On that note, it would be interesting to compare their interpretation of large-scale multidisciplinary databases to a reflective outlook on their own field of research and positionality within it.

Despite those cases, initial experiences combining panel themes and city of affiliation were inconclusive regarding the field’s geographical “division of labor”. However, from an outsider’s perspective, the conference displayed a least 3 distinctly identifiable sub-groups within the SNA field: a “technical” group, interested in the tools to process and describe data; an “empirical” group, applying SNA as a heuristic mean to produce new information on diverse social fields; and finally a “reflective” group, more interested in the way data is produced and in the sense that can be made of that.

Prior to the recent surge of SNA, the steep learning curve of going through collecting data and processing algorithms made it an exclusive practice. Arguably, network analysis has now become more accessible. However, the EUSN was proof that the SNA “black box” (Latour, 1999) remains wide open to accommodate technical innovations and updates on both the vision and the tools of network analysis. This was demonstrated by the workshops on various programming languages, functions and libraries used for computing large-scale data sets. The porousness of the boundary between research and engineering was a remarkable feature in these “cliques” of the conference. Vladimir Batagelj, a mathematician holding a workshop on network visualization with D3.js, is also the developer of Pajek, a popular program for network analysis and visualization. Jean-Daniel Fekete, leading computer scientist of the Aviz research team (INRIA), gave an insightful keynote speech on cognition and research visualization for exploring data. Among the innovations he put forward, the NodeTrix, a hybrid representation combining node-link diagram and adjacency matrix for avoiding the cluttered graphs of globally sparse but locally dense networks. Graphs are central to SNA, to the point it almost became a compulsory exercise, even when other representations, such as maps, could prove to be more useful. Jean-Daniel Fekete cleverly pointed out such representations are not just meant for communicating, but also for exploring. According to him, descriptive statistics and visualization are both differently useful for making sense out of data. This heuristic dimension of graph visualization could explain the little attention given to the semiology of graphics (for instance the recurring omission of graph legends, a revealing bad habit indeed).

The second sub-group, although less concerned with the latest sophistications of statistical models, are the users of these tools and technologies. A majority of the participants were pursuing what Pierre Mercklé, a member of the scientific committee, called a “statistical Eldorado” (Mercklé, 2012). Indeed, the scale of the empirical tasks still awaiting SNA was quite mesmerizing, as suggested by the variety of objects and sources used by the participants. These were not merely of the contemporary, but also in historical or archeological fields of investigations, as suggested by the panel organize by Claire Lemercier, Tom Brughmans (et al.). Some of the most impressive data sets were those describing globalization through social networks: academic citations (Marion Maisonobe), or global shipping flows (César Ducruet), amounted to a fascinating descriptive geography of evolving city hierarchies. SNA was also used to support political studies: following career paths leading to power (Franziska Keller), measuring power through network centrality (Manuel Fischer), etc. Other presentations stunned not by their conclusions but by the capabilities of big data. For instance, Claude Grasland and Robin Lamarche-Perrin (ANR Corpus Géomédia) developed a protocol to measure the visibility of territorial units through a textual analysis of newspaper RSS flows. Occasionally, the empirical work provided by this sub-group conveyed a sense of magic, network analysis unravelling the world‘s mechanisms. Other times, the presentations gave the impression of an unnecessarily complicated device that functions poorly compared to “basic”, “low-tech” qualitative research. Worse, SNA sometimes appeared as a potentially dangerous paradigm if it was to become a dominant and exclusive analytical framework. A typical instance of these shortcomings was a presentation on international migration by Luca De Benedictis, who began stating the “lack of any reliable data” on the subject, but, regardless, still proceeded to visualizations, drawing nonetheless very interesting conclusions on the determinants of global migration flows, but based on “flawed” data. Another disappointment regarding the conference as a whole was the limited space allocated to ethical implications of SNA (only 1 instance for “ethics” in the book of abstracts) despite big data playing a major part in the new popularity of SNA methodologies, and also despite it causing major concern for future democracies (O’Neil).

This statistical Eldorado was sometimes tainted by positivism and an enduring trust in the tools. It was therefore refreshing that a third and last group of scholars looked at SNA in a more reflective manner. This was done in several ways. Some scholars were looking at the very foundations of networks and their essential components. For instance, Nathalie Chauvac asked how collectives actually emerge, beyond what she coined the “cafeteria effect”. Cornelia Reyes Acosta asked what defines the strength of a social tie, introducing the idea of a “mimicry tie” used by weaker but crafty nodes. Others interrogated the standardization of data collection methods (narration method, egocentric name generator, contact diary method, net-mapping, etc.) and tools such as VennMaker. Tom Toepfer accounted for the negotiations that occur during data-collection interviews, insisting on the importance of stimulus wording and follow up questions. Louise Ryan and Paula Tubaro concurred, explaining how visualizing a network is different from speaking about a network. They then emphasized sociograms was a language not everyone was fluent in.

image2
Illustration 2: A network chart produced during one of the workshops and discussed during coffee break

Tools are far from being neutral in the sense that they shape the data. In qualitative approaches, this statement may sound commonplace and echo, for instance, the 1970’s debates surrounding mental maps. This opening of SNA to qualitative methods may appear overdue and marginal in the context of the conference, yet it clearly offers promising perspectives. Alongside Jan Fuhse, one of the advocates for mixing qualitative-interpretive and quantitative-explanatory methods, Stefan Bernhard and Andreas Herz suggested there could be a qualitative use SNA.

Putting these different outlooks on social networks was one of the conference’s achievements. We could assume these three cliques (technical, empirical and reflective sub-groups) are complementary and all have a stake in interacting and collaborating together. However, reflecting on Nathalie Chauvac’s warning on the cafeteria effect (or lack thereof), one may ponder whether such large-scale gatherings facilitate cross-field collaborations, or rather encourage homophily. A discussion with a prominent participant of the “reflective” sub-group showed he had no intention of even attempting to use his data quantitatively: for him this would not make any sense. Symmetrically, when someone asked Jean-Daniel Fekete whether he had gave any thought to developing visualizations for data collection, the question was swept aside: his interest was in observing your data, rather than collecting it.

References
Michel Grossetti, Denis Eckert, Laurent Jégou, Marion Maisonobe, Yves Gingras et Vincent Larivière, 2013, « La diversification des espaces de production du savoir », CERISCOPE Puissance
Pierre Mercklé, 2011, La sociologie des réseaux sociaux (Paris : La Découverte) : 128
Cathy O’Neil, forthcoming, Weapons of Math Destruction: How Big Data Increases Inequality and Threatens Democracy (Crown): 272

About the author: Olivier Marcel is a geographer working on the interactions between space and emancipation in globalizing cities. His fieldwork is based on biographical surveys that combine qualitative and quantitative methodologies and develop a pragmatic approach to the concepts of mobility, network and scale.

Réseaux et centralité(s), Rouen (11 octobre 2016)

Le premier workshop organisé par le groupement de recherche Analyse de réseaux en SHS aura lieu à Rouen le 11 octobre prochain. Il est consacré à la notion de centralité et des spécialistes de différentes disciplines échangeront sur le sujet. L’entrée est libre. Les résumés des communications seront mis en ligne à la rentrée.

10 heures – 17 heures Maison de l’Université, salle divisible sud, Rouen

Discutant : Karl van Meter

9h30 Accueil des participant.e.s
10h- 11h Laurent Beauguitte (géographie), Emmanuel Lazega (sociologie) et Rémi Louf (physique) : Approches disciplinaires : invariants et spécificités
11h- 12h Claire Lagesse (géomatique, physique) : Centralités des réseaux viaires

Pause déjeuner

13h30-14h30 Christophe Prieur (informatique) : Centralités et réseaux égo-centrés
14h30-15h30 Viera Rebolledo-Dhuin (histoire) : Centralités dans le monde du livre au XIX siècle

15h30-15h45 Pause

15h45-16h45 Marta Severo (sciences de la communication) : Réseaux numériques et centralités
16h45-17h15 : Discussion et conclusion

Comité d’organisation : L. Beauguitte, S. de Peindray, A. Geffroy, D. Leluyer
Comité scientifique : P.-Y. Beaurepaire, C. Lemercier, S. Lhomme, B. Jouve

4e rencontre du groupe Res-Hist – Nice, 22-24 septembre 2016 – Programme définitif

Retour aux sources

MSHS du Sud-Est, Bâtiment de l’horloge, Boulevard François Mitterrand, Nice
amphi 031

Le programme en pdf est téléchargeable ici.

Jeudi 22 septembre après-midi

13h30 : accueil et ouverture des travaux

Session 1 – « Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier » : faire l’histoire, des flux RSS aux outils lithiques

13h40-14h20 : Laurent Beauguitte, CNRS – UMR IDEES, GDR AR-SHS, et Hugues Pecoud, CNRS, UMS RIATE/GIS CIST, « Sources numériques et flux mondiaux d’information »
14h20-15h : Marion Maisonobe, UMR LISST-CIEU, Université Jean-Jaurès, Toulouse, « ‘L’ère romantique’ de l’Institute for Scientific Information (ISI) et ses effets sur l’observation des activités scientifiques contemporaines »
15h-15h40 : Ricardo Gonzalez, CEPAM, UMR 7264, Université Côte d’Azur, et Sébastien Plutniak, Lisst-Cers (UMR 5193), EHESS, « Potiers, marchands et fréteurs : les réseaux de la production et du commerce dans l’antiquité à travers les estampilles sur céramique italique »

15h40-16h10 pause-café

16h10-16h50 : Marie-Jeanne Ouriachi, CEPAM, UMR 7264, Université Côte d’Azur, Katia Schörle, CEPAM, UMR 7264, CNRS-Université Côte d’Azur, Frédérique Bertoncello, CEPAM, UMR 7264, CNRS-Université Côte d’Azur, « Approche spatiale de réseaux sociaux dans l’antiquité à partir des sources épigraphiques et archéologiques : enjeux, apports et limites »
16h50-17h30 : Delphine Grancher, Laboratoire de Géographie Physique, Meudon, Damase Mouralis, CNRS – UMR IDEES, Daniel Brunstein, Laboratoire de Géographie Physique, Meudon, Laurent Beauguitte, CNRS – UMR IDEES, GDR AR-SHS, Bastien Varoutsikos, ArScAn, UMR 7041, CNRS, Armelle Couillet, CNRS – UMR IDEES, Anne-Kyria Robin, Laboratoire de Géographie Physique, Meudon, « Reconstituer des réseaux de diffusion d’outils en obsidienne »

Atelier : Choisir un outil adapté à ses besoins

17h30-18h10 Jean-Pierre Dedieu, CNRS, IAO/Framespa, « Fichoz, retour d’expérience »
18h10-18h50 : Emmanuelle Picard, ENS de Lyon, LARHRA et Laboratoire de l’éducation, « Construire des données historiques pour une base de données relationnelles et collaboratives : le projet SyMoGih »
18h50-19h30 : Claire Lemercier, CNRS, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po Paris, « Quand on peut faire plus simple : du bon usage des tableurs »

Vendredi 23 septembre

Session 2 : La reconstitution prosopographique à l’épreuve des sources

9h-9h40 : Lauriane Cros, CEMMC, Université Bordeaux Montaigne, « Franc-maçonnerie, réseaux maçonniques et dynamiques bordelaises au XVIIIe siècle »
9h40-10h20 : Gwendoline Jacquet, CRIHAM, Université de Poitiers, « Organisation d’un réseau dans le monde du négoce, étude du réseau régional de Jean Martell (1720-1721) »
10h20-11h : Nicolas Ruffini-Ronzani, FNRS, Université de Namur, « L’analyse de réseaux, un outil pour relire l’émergence des principautés territoriales ? Structures politiques et réseaux de pouvoir en Hainaut (mil. XIe-début XIIIe siècle) »

11h-11h30 : pause-café

11h30-12h30 : Session posters : Gérer des listes de noms

Stéphane Blond, IDHES Evry, « Les premiers élèves de l’Ecole des Ponts et Chaussées (XVIIIe siècle) »
Naiara Gorraiz, UFI 11/02, Universidad del País Vasco et ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Les réseaux de cooptation entre les serviteurs du roi, à partir des témoins de mérites dans les distinctions honorifiques de l’Ordre de Carlos III (1772-1808) »
Marie Hardy, AIHP/GEODE, Université des Antilles, « Les distinctions honorifiques, formalisation d’une source pour l’étude de la domesticité martiniquaise et guadeloupéenne du début du XXe siècle »

12h30-13h40 : pause-déjeuner

Session 3 : A la recherche du Graal ? L’analyse des réseaux médiévaux

13h40-14h20 : Léa Dupuis, Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Université de Tours, « Les réseaux à travers les sources notariales : l’exemple du minutier du notaire tourangeau Jehan Jaloignes »
14h20-15h00 : Isabelle Rosé, CERHIO, UMR 6258, Université Rennes, « A quelles sources se vouer ? Problèmes documentaires posés par la reconstitution et l’analyse des réseaux de la reine robertienne Emma († 934) »
15h00-15h40 : Cécile Rivals, TRACES, UMR 5608, Université Jean Jaurès, Toulouse, « Le parcellaire, un réseau : la modélisation des sources fiscales pour l’étude des dynamiques spatiales urbaines médiévales et modernes »

15h40-16h10 pause-café

16h10 – 17h30 : Session posters : Gérer des sources multiples

Mélanie Dubois Morestin, LAMOP, Université Paris I, « Jean Teisseire, marchand cordier avignonnais : l’inscription des réseaux au cœur des pratiques scripturales »
Ludovic Fina, Centre Aixois d’Etudes Romanes, Aix-Marseille Université, « De l’édition critique du Ragionamento di Domenico Sauli a Francesco suo figliuolo nel quale si narrano alcuni particolari avenimenti della vita sua : reconstruction, analyse et formalisation des réseaux de Domenico Sauli (1490-1570) »
Alexandra Capdevila Muntadas, Generalitat de Catalunya, « Le rôle des réseaux de migration dans l’immigration française en Catalogne aux XVIe et XVIIe siècles. Une approche méthodologique à partir de l’enregistrement des Français du 1637 »
Darío R. Varela Fernández, CERHIO, UMR 6258, Université du Maine, « L’étude des réseaux hispanistes français (1890-1930) à l’épreuve d’une analyse graphique issue de diverses sources : échanges épistolaires, ouvrages, revues, articles… »

Samedi 24 septembre

Session 4 – « Caro amico ti scrivo… » : de la trace épigraphique au lien épistolaire

9h30-10h10 : Karine Karila-Cohen, LAHM/CReAAH, Université Rennes 2, « Peut-on faire de la prosopographie attique grâce à l’analyse de réseaux ? »
10h10-10h50 : Odile Gaultier-Voituriez, « L’analyse de réseaux de sociabilité parisienne pendant la Première Guerre mondiale à travers la correspondance d’Etienne de Nalèche, directeur du Journal des Débats, à Pierre Lebaudy, 1914-1919 : formalisation du contenu de la source et partage de réflexions »
10h50-11h30 : Thierry Rentet, PLEIADE, Université Paris XIII, Stéphane Gal, Université Pierre-Mendès-France de Grenoble, et Mark Greengrass, Université de Sheffield, « Analyse de réseaux et correspondance : être lieutenant général du roi en Dauphiné pendant les premières guerres de religion. La correspondance de M. de Gordes. Méthode, résultats et limites »

11h30-12h10 Session posters : Ecrits et archives privés
Lara Arroyo, Universidad del País Vasco, « Les réseaux égocentrés à partir de la correspondance épistolaire des Marticorena dans le commerce colonial espagnol à échelle de l’empire (1780-1805) ».
Gilles Garson, HEMOC, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, « Pour une approche du légitimisme dans le Midi, les Foresta et leurs réseaux (1800-1914) »

12h10-13h30 : pause-déjeuner

13h30-16h30 : Atelier de formation : Michaël Gasperoni, Centre Roland Mousnier, Université de Paris-Sorbonne, et Cyril Grange, CNRS et Centre Roland Mousnier, Université de Paris-Sorbonne, « Initiation à l’étude des réseaux familiaux »

Pour les résumés, textes et posters des interventions, consulter le site : http://reshist.hypotheses.org/

Comité scientifique
Pierre-Yves Beaurepaire, professeur d’histoire moderne (Université Côte d’Azur, CMMC)
Frédérique Bertoncello, chargée de recherches CNRS (Université Côte d’Azur, CEPAM)
Michel Bertrand, professeur d’histoire moderne (Université Jean-Jaurès Toulouse), directeur de la Casa de Velazquez, Madrid
Pierre Gervais, professeur de civilisation américaine (Université Sorbonne-Nouvelle)
José Maria Imizcoz, professeur d’histoire moderne (Universidad del País Vasco)
Claire Lemercier, Directrice de recherches au CNRS (Centre de sociologie des organisations, Science Po Paris)
Silvia Marzagalli, professeur d’histoire moderne (Université Côte d’Azur, CMMC, et Institut Universitaire de France)
Zacarias Moutoukias, professeur d’histoire contemporaine (Université Paris-Diderot)
Marie-Jeanne Ouriachi, maître de conférences en histoire et archéologie antique (Université Côte d’Azur, CEPAM)

Comité d’organisation
Laurent Beauguitte, chargé de recherche CNRS (UMR IDEES), Groupement de recherche Analyse de réseaux en SHS
Pierre-Yves Beaurepaire, professeur d’histoire moderne (Université Côte d’Azur, CMMC)
Frédérique Bertoncello, chargée de recherches CNRS (Université Côte d’Azur, CEPAM)
José Maria Imizcoz, professeur d’histoire moderne (Universidad del País Vasco), Proyecto Mineco HAR2013-48901-C6-4-R
Silvia Marzagalli, professeur d’histoire moderne (Université Côte d’Azur, CMMC, et Institut Universitaire de France)
Marie-Jeanne Ouriachi, maître de conférences en histoire et archéologie antique (Université Côte d’Azur, CEPAM)

Contact : Silvia.Marzagalli@unice.fr

Appel à com’ : « Réseaux, circulations, échanges », 13-14 octobre 2016 – Toulouse

5 e journée Inter-Congrès RT 26 – AFS
10 ème journée ResTo (Labex SMS)
GDR – Analyse des Réseaux en Sciences Humaines et Sociales
_____________________________________________________
« Réseaux, circulations, échanges »
Les 13-14 octobre 2016 – Université Toulouse Jean Jaurès
Date limite de soumission : 31 août 2016

Le RT 26 est le groupe sur les « Réseaux sociaux » de l’Association Française de Sociologie (AFS). ResTo est un groupe de chercheurs de Toulouse issus de différentes disciplines s’intéressant aux réseaux sociaux.

Le GDR Analyse des Réseaux en Sciences Humaines et Sociales (AR-SHS) est un groupe qui associe des chercheurs et chercheuses de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, géographie, archéologie, droit, économie, informatique etc.) et une vingtaine d’institutions dans toute la France autour de l’analyse des réseaux.

Appel à communication

L’analyse des réseaux sociaux a pour objet l’étude des relations sociales qui, au-delà des simples contacts ou interactions entre individus ou des groupes, supposent l’existence de liens, forts ou
faibles, positifs ou négatifs, dont il importe de comprendre les configurations à plusieurs échelles.

Les contextes dans lesquels se déploient ces relations sont bien souvent essentiels à leur compréhension : milieux professionnels, sphère personnelle, domaines d’activité spécifique… L’analyse des réseaux sociaux a produit de nombreux éclairages en considérant ces contextes comme non étanches et en montrant que les relations sociales sont précisément ce qui est à l’origine de leur intrication.

Pour mieux comprendre les changements sociaux, de plus en plus de travaux prennent pour objet les dynamiques relationnelles. Comment les liens se transforment dans le temps et dans quelle mesure les dynamiques relationnelles contribuent au maintien ou à la mise en place de nouvelles formes d’organisation sociale, révèlent des rapports sociaux qui se transforment ?

Dans le cadre de ces journées d’études, nous proposons d’accorder une attention spéciale à deux dynamiques sociales : les circulations et les échanges. Les deux sont liées sans l’être tout à fait : on peut circuler sans échanger et échanger sans circuler. Quoiqu’il en soit, circuler ou échanger sont des actes qui se réalisent en lien avec les autres et qui entraînent sans cesse des reconfigurations relationnelles.

L’objectif de ces journées est d’interroger, par une approche dynamique des relations, les liens entre les notions de Réseaux, Circulations et Échanges et d’en analyser les enchevêtrements à l’aide d’études empiriques diverses. Les communications proposées pourront s’intéresser (de manière non exclusive) aux thématiques suivantes :
– Relations sociales et circulations dans l’espace géographique : quels liens, quelles ressources, quelles reconfigurations des réseaux ?
– Réseaux sociaux et circulations au sein de l’espace social : quelles mobilités, quelles accessibilités/freins, quels transferts ?
– Les échanges de biens lors de la circulation : les réseaux et les nouveaux marchés dans la mondialisation, les entrepreneuriats internationaux.
– La structure relationnelle des espaces de circulation et d’échange : la diffusion d’informations au sein de collectifs, les flux entre des villes ou des pays.

Précisions

Les propositions de communication doivent se fonder sur des travaux empiriques et peuvent soulever ces questions sans les traiter de manière frontale. Le premier critère de sélection des communications repose sur le type de données – en l’occurrence relationnelles – analysé. Leur mode de traitement peut tout aussi bien être quantitatif que qualitatif, ou les deux (méthodes mixtes).

Les propositions de communication doivent être adressées par courrier électronique au plus tard le 31 août 2016 à beatrice.milard@univ-tlse2.fr et elise.penalva@dauphine.fr sous la forme d’un résumé de 1500 signes maximum (espaces compris) ainsi qu’un titre, le(s) nom(s) du/des auteur.e.s, son/leur institution et leur(s) mail(s). Les propositions de communication en anglais seront examinées, les communications pouvant se faire dans cette langue. Le bureau du RT26 informera les auteur.e.s de l’acceptation ou non de leur proposition de communication vers Le
15 septembre 2016.

Comité d’organisation

Marie-Pierre Bès, Guillaume Favre, Michel Grossetti, Béatrice Milard, Sonia-Hasnia Missaoui, Elise Penalva, Fatima Qacha.

Actualités autour de l’analyse de réseaux

Les mois à venir s’annoncent particulièrement chargés en ce qui concerne l’analyse de réseaux. La liste d’événement ci-dessous n’est pas exhaustive – n’hésitez pas à compléter cette liste via les commentaires – et se limite aux événements français. Le GDR finance des doctorant.e.s et des jeunes chercheurs et chercheuses pour les événements précédés d’une astérisque donc des comptes-rendus seront disponibles prochainement pour les personnes ne pouvant y assister.

Juin 2016
Lyon, du 6 au 8 juin, Rencontres interdisciplinaires sur les réseaux sociaux : description, données, modélisation, interprétation, http://www.socionet2016.fr/
Aix en Provence, du 6 au 8 juin, Séminaire IndexMed 2016 Faites parler vos données : data mining, graphes et métadonnées, http://indexmed2016.sciencesconf.org/
*Paris, du 14 au 17 juin, Second European Conference on Social Networks : http://eusn2016.sciencesconf.org/
Lyon, du 20 au 22 juin, Dynamics On and Of Networks, https://project.inria.fr/netspringlyon/3-workshops-on-network-sciences/workshop-on-processes-on-and-of-networks/
Toulouse, du 20 au 23 juin, Networks dynamics, http://isc-t.fr/language/fr/toulouse-complex-network-wp2-4-day-workshop/

Juillet 2016
*Marseille, du 11 au 13 juillet, Complex Networks: from theory to interdisciplinary applications, 11-13 juillet, http://complexnets2016.org/home

Septembre
*Nice, du 22 au 24 septembre, Quatrième Rencontres Réseaux et histoire, http://reshist.hypotheses.org/851

JIMIS : Graphes & systèmes sociaux

JIMIS : Journal of Interdisciplinary Methodologies and Issues in Science

Appel à soumissions
Numéro spécial sur Graphes & systèmes sociaux

Thème du numéro spécial

Un système social peut être vu comme l’ensemble des relations existant entre des entités telles que des personnes, des groupes ou des institutions, et formant un tout structuré et cohérent. L’analyse de systèmes sociaux est un champ académique intrinsèquement interdisciplinaire, qui a émergé de la psychologie sociale, de la sociologie, des statistiques, de la théorie des graphes ainsi que d’autres domaines. Lors des dernières décennies, et en parallèle avec le développement de la discipline appelée aujourd’hui science des réseaux, les approches à base de graphes dédiées à l’analyse des systèmes sociaux ont connu un succès significatif en sciences sociales et humaines.
Grâce à la nature très générique des graphes, il est possible de prendre une méthode conçue pour traiter un système donné, et de l’appliquer dans un contexte complètement différent. Par exemple, une méthode permettant de détecter des protéines importantes d’un point de vue fonctionnel dans un réseau biologique peut être utilisée pour identifier des acteurs influents dans un réseau social. Cependant, il est très difficile pour un chercheur de se tenir au courant des méthodes développées dans d’autres champs, pour des raisons de différences lexicales, méthodologiques et culturelles.
Le but de ce numéro spécial est de tenter de jeter un pont par dessus les différences disciplinaires, en exposant les chercheurs à des outils et usages du concept de graphe étrangers à leur propre champ. L’idée générale est de décrire des méthodes d’analyse de graphes et/ou leur application à des systèmes sociaux spécifiques. Nous sommes intéressés par des travaux proposant de nouvelles méthodes d’analyse ou d’extraction de graphes, susceptibles d’être utilisées dans des contextes applicatifs très différents. Nous visons aussi des travaux décrivant comment une méthode existante, initialement développée pour un contexte donné, a été adaptée et/ou appliquée à des graphes représentant des systèmes différents. Enfin, nous sommes aussi intéressés par des travaux traitant de systèmes aux propriétés uniques, nécessitant la conception de méthodes spécifiques au domaine concerné.

Sujets abordés
Pour l’aspect applicatif, tous les domaines relatifs à la représentation ou à l’étude de relations et d’interactions sociales sont concernés : Anthropologie, Arts, Communication, Droit, Économie, Éducation, Géographie, Histoire, Linguistique, Lettres, Sciences politiques, Psychologie, Sociologie, Urbanisme, et d’autres…

Pour l’aspect méthodologique, les outils concernés incluent (là aussi de façon non-exhaustive) :
– Détection de communautés, partitionnement de graphe
– Centralité des nœuds, identification de nœuds-clés
– Analyse d’autres mesures et propriétés topologiques
– Modélisation et/ou contrôle de processus de diffusion
– Notion d’équilibre dans les graphes signés
– Définition de modèles génératifs de graphes
– Extraction de graphes à partir de données brutes (texte, logs, mesures numériques…)
– Traitement de graphes augmentés : pondérés, signés, spatiaux, multicouches, dynamiques…
– Modélisation et simulation de processus sociaux

À propos du journal

Depuis janvier 2016, JIMIS est un journal international avec comité de lecture, en libre accès (open-access) et couvrant des sujets trans-disciplinaires. Il utilise la licence Creative Commons et est gratuit à la fois pour les auteurs et les lecteurs. Chaque numéro est dirigé par un ou plusieurs éditeurs invités et est dédié à un sujet spécifique. Un numéro rassemble à la fois des articles issus des sciences humaines et sociales et des articles provenant des sciences exactes et expérimentales. Les articles co-signés par des auteurs provenant de ces deux groupes de disciplines sont les bienvenus, mais leur présence ne constitue pas une obligation.
JIMIS sort des sentiers battus de par l’étendue et l’originalité des sujets qui peuvent y être abordés. Le but de chaque numéro est de mettre en perspective différents points de vue sur un sujet commun trans-disciplinaire. JIMIS vise à publier des articles de qualité qui ne trouveraient pas leur place dans des journaux disciplinaires traditionnels, en raison de leur trop forte connexion avec d’autres disciplines. Par exemple, des travaux visant à résoudre un problème multidisciplinaire par nature, à présenter des points de vue alternatifs provenant d’autres domaines, où à transposer des méthodes d’un champ disciplinaire vers un autre.
À l’instar de plusieurs autres journaux internationaux, JIMIS est publié sous l’égide d’Épisciences (http://episciences.org/), une émanation du CNRS. Le comité scientifique de JIMIS est constitué de chercheurs internationalement reconnus, et représentant un certain nombre de domaines distincts (http://jimis.episciences.org/page/comites). Chaque article soumis est évalué par trois relecteurs lors d’une procédure en simple-aveugle (relecteurs anonymes).

Procédure de soumission

Les auteurs doivent suivre le processus de soumission et les règles de rédaction du journal (http://jimis.episciences.org/page/auteurs). Il faut tout particulièrement remarquer que la soumission se fait sur la plate-forme Épisciences et implique de placer d’abord l’article sur l’un des sites de prépublication HAL (https://hal.archives-ouvertes.fr/) ou arXiv (http://arxiv.org/). Des modèles aux formats LaTeX, MS Word et OpenOffice sont fournis sur le site du journal (avec une préférence pour LaTeX).
Il est nécessaire que les articles soumis n’aient jamais été publiés auparavant, ni ne soient en cours de soumission auprès d’autres journaux ou de conférences. Si le travail décrit dans l’article est une extension d’une publication précédente, il faut citer ce travail dans l’article soumis, décrire explicitement les nouvelles contributions et expliquer combien elles sont significatives.

Calendrier

Limite de soumission du résumé : 1er mai 2016 (1 page max)
Limite de soumission de l’article : 4 septembre 2016
Réponses des relecteurs : 6 novembre 2016
Date de publication estimée : 1er semestre2017

Éditeurs invités : Rosa Figueiredo, Vincent Labatut & Philippe Michelon
Laboratoire Informatique d’Avignon (LIA), Université d’Avignon

Volume en lien avec le séminaire « graphes et systèmes sociaux » : http://jgss.sciencesconf.org/?lang=fr

Rencontres interdisciplinaires sur les réseaux sociaux – Lyon, 6-8 juin

Rencontres interdisciplinaires sur les réseaux sociaux : description, données, modélisation, interprétation

Appel à contribution – Datathon

Résumé:

Avec des jeunes chercheurs de l’équipe DATE INRIA (ENS Lyon), d’ICAR (ENS Lyon) et de Lidilem (UGA), l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI) organise un atelier intitulé : Rencontres interdisciplinaires sur les réseaux sociaux : description, données, modélisation, interprétation, Titre court : SocioNet (6-8 juin 2016)

Date : datathon 6 juin / workshop : 7-8 Juin
Lieu : ENS de Lyon, Lyon
Theme : Réseaux sociaux / Science des réseaux / Domaines concernés des SHS
Disciplines : toutes disciplines SHS ou STIC étudiant ou utilisant la notion de réseau social (contacts sociaux « face à face » ou communication numérique).

Conception générale

L’idée générale de l’atelier se résume en cinq points :
a/ Atelier thématique de deux jours sur la notion de réseau social (réseau de contacts face à face ou média sociaux numériques) et les données qui la documentent (les 7 et 8 juin)
b/ Rencontre interdisciplinaire entre les différents champs qui observent, modélisent, expliquent, interprètent le fonctionnement des réseaux sociaux, qu’il s’agisse de secteurs des SHS (sociologie, psychologie sociale, sociolinguistique, sciences politiques…) ou des STIC (science des réseaux)
c/ Appel à communication réservé aux jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorat)
d/ Encadrement des sessions de présentation des travaux des jeunes chercheurs par des conférences invités cadrantes assurées par des chercheurs « seniors » chargés de solliciter et de structurer le débat interdisciplinaire.
e/ Organisation d’un concours par équipe (le 6 juin). Des équipes interdisciplinaires de jeunes chercheurs auront à analyser des données mettant en jeu les réseaux sociaux et à en interpréter les résultats. L’enjeu est de promouvoir un travail collectif entre des jeunes collègues d’horizons épistémologiques et méthodologiques très différents. La participation à l’atelier est indépendante de la participation au concours.

Les conférenciers invités sont les suivants :
Jean-Pascal Bassino, Institut d’Asie Orientale, ENS Lyon (sciences économiques)
Claire Bidart, Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, Aix-Marseille Université (sociologie)
Dominique Cardon, Orange Labs (sociologie)
Eric Fleury, LIP, DANTE, ENS Lyon (sciences des réseaux)
Pablo Jensen, SISYPHE, ENS Lyon (physique)
Bertand Jouve, FRA.M.ESPA, université de Toulouse (mathématiques et histoire)
Márton Karsai, LIP, DANTE, ENS Lyon (sciences des réseaux)
Kris Lund, ICAR, ENS Lyon (sciences cognitives)
Jean-Philippe Magué, ICAR, ENS Lyon (sciences du langage)
Pierre Mercklé, Centre Max Weber, ENS Lyon (sociologie)
Aurélie Nardy, Lidilem, Université Grenoble Alpes (sociolinguistique)

Nous sollicitons donc les communications de jeunes chercheurs des disciplines des SHS ou des STIC qui décrivent, documentent, modélisent, interprètent la notion de réseau social de venir exposer et/ou de participer au concours.
Les inscriptions sont ouvertes sur notre site web. Elles sont gratuites et les repas sont offerts. Les échanges interdisciplinaires impliquant jeunes chercheurs et chercheurs seniors issus de champs très différents s’annoncent passionnants. L’abord des réseaux sociaux par la science des réseaux est basé sur le traitement de grandes masses de données. Il est important qu’un dialogue s’instaure entre cette approche et d’autres pratiques de recherche, plus orientées vers la subjectivité, l’individu, la biographie.
Pour s’inscrire et proposer un abstract :

http://www.socionet2016.fr/

Le GDR Analyse de réseaux en SHS en six questions

Qu’est-ce qu’un GDR ?

Un groupement de recherche est une structure fédérative dont la création a été validée par un des instituts du CNRS. Dans le cas du GDR Analyse de réseaux en SHS (GDR3771 AR-SHS), c’est l’INSHS qui a validé sa création. Un GDR dure 4 ans, éventuellement renouvelable. Le GDR AR-SHS poursuivra ses activités de 2016 à 2019. Une réunion en 2018 décidera de l’éventuelle poursuite des activités.

Qui fait partie du GDR Analyse de réseaux en SHS ?

Le GDR regroupe des chercheurs/ses et ingénieur.e.s issu.e.s de dix disciplines différentes, classées ici par ordre alphabétique : archéologie, droit, économie et gestion, géographie, histoire, informatique, mathématiques, physique, sociologie et statistiques.
Les institutions membres sont les suivantes :
– CNRS : UMR 6266 IDEES (Rouen), UMR 5136 FRAMESPA (Toulouse), UMR 5193 LISST (Toulouse), UMR 7116 CSO (Paris), UMR 7074 CTAD (Nanterre & ENS), UMR 7606 LIP6 (Paris), UMR 6579 GREQAM (Aix-Marseille), UMR 7317 LEST (Aix-Marseille), UMR 5672 (Lyon), UMR 5283 DPCS (Lyon), UMR 5608 TRACES (Toulouse), UMR 8504 Géographie-Cités (Paris),  UMR 9217 I3 (Paris), UMR 8558 LaDéHis (Paris), UMR 8097 Équipe ERIS (Paris), UMR 8019 Clersé (Lille) ;
– hors CNRS : INED (Paris), UMR 245 CESSMA (Paris), EA 4399 CREW (Paris), EA 881 CRET-LOG (Aix-Marseille), EA 3482 LAB’URBA (Créteil), EA 1193 CMMC (Nice), EDEHN (Le Havre).

Quel est l’objectif du GDR Analyse de réseaux en SHS ?

L’objectif principal est de favoriser le dialogue inter-disciplinaire entre praticien.ne.s de l’analyse de réseaux. Quatre tâches sont prévues pour atteindre cet objectif :
– créer une revue inter-disciplinaire en accès libre sur l’analyse de réseaux en SHS ;
– organiser un workshop annuel autour de concepts et notions clés en analyse de réseaux – le premier workshop aura lieu à Rouen le 11 octobre 2016 sur le thème Réseaux et centralité(s) ;
– organiser des actions de formation et notamment la prochaine école thématique Réseaux (2018) ;
– mettre à disposition en accès libre des bases de données relationnelles.
L’ensemble de ces tâches est décrit de manière plus précise dans le projet déposé en février 2015 à l’INSHS et téléchargeable ici.

Qui pilote le GDR ?

Le GDR est coordonné par deux géographes, Laurent Beauguitte et Serge Lhomme. Un bureau de sept personnes, associant deux géographes, deux sociologues (Fabien Eloire et Béatrice Milard), trois historien.ne.s (Pierre Gervais, Claire Lemercier et Pierre-Yves Beaurepaire) et un mathématicien (Bertrand Jouve) est chargé de prendre les principales décisions. Ce bureau se réunit tous les six mois.

Où trouver des informations sur les activités du GDR ?

Ce site liste les activités du GDR. Lorsque ces dernières sont publiques (séminaire, école thématique), elles sont également annoncées sur les différentes listes de diffusion liées à l’analyse de réseaux (réseaux sociaux, groupe fmr, DH, etc.).

M’investir dans le GDR m’intéresse, comment le rejoindre ?

Le GDR fédère des institutions (laboratoire, UMR, équipe d’accueil) et non des personnes. Rejoindre le GDR est possible si votre directeur/trice d’unité est d’accord sur le principe. Un formulaire type à compléter vous sera envoyé par mail sur simple demande.

logo_couleur

Proposition de bourses

Actualisation du 03 mai 2016 : il reste une bourse possible pour la conférence Dynamics On and Of Networks et une pour le workshop Networks dynamics.

Le groupement de recherche Analyse de réseaux en SHS propose des bourses couvrant l’inscription, les déplacements et dans certains cas l’hébergement*, pour assister aux conférences et séminaires suivants :
EUSN 2016, 14 au 17 juin, Paris, http://eusn2016.sciencesconf.org/
Dynamics On and Of Networks, Lyon, 20-22 juin, https://project.inria.fr/netspringlyon/3-workshops-on-network-sciences/workshop-on-processes-on-and-of-networks/
Networks dynamics, Toulouse, 20-24 juin, http://isc-t.fr/language/fr/toulouse-complex-network-wp2-4-day-workshop/
Complex Networks: from theory to interdisciplinary applications, 11-13 juillet, Marseille, http://complexnets2016.org/home
Rencontres Réseaux et histoire, 22-24 septembre, Nice, http://reshist.hypotheses.org/851
Réseaux et centralit(é(s), 11 octobre, Rouen (le programme sera mis en ligne en juin prochain sur ce site)
séminaire ResTo, automne, Toulouse

Ces bourses (1 à 2 par conférence) s’adressent de façon prioritaire à des doctorant.e.s et post-doctorant.e.s. En contrepartie, les personnes retenues s’engagent à écrire un compte-rendu qui devra être complet, rédigé avec soin et de bonne qualité scientifique, pour le blog http://arshs.hypotheses.org/ ou pour la revue en ligne Arcs – Analyse de réseaux pour les sciences sociales (lancement janvier 2017). Une ouverture pluri-disciplinaire est requise. Merci d’envoyer un court descriptif de votre parcours et de vos recherches (1/2 page) à
beauguittelaurent@hotmail.com (précisez comme objet du mail GDR Financement colloque, merci).

*Attention : l’hébergement ne peut être financé pour les événements prévus en juin, football oblige…

EUSN 2016, Workshops, June 14

Workshop fees: 35 euros (3 hours), 70 euros (2 x 3 hours). Details available on this page. Registration to EUSN conference is mandatory to participate to workshop. Full information on the dedicated website http://eusn2016.sciencesconf.org/

1. Raffaele Vacca, Introduction to ego-network analysis with R (2×3 hours: 9h-12h and 13h-16h)

2. Michał Bojanowski, Using R and igraph for Social Network Analysis (2×3 hours: 9h-12h and 13h-16h)

3. Paola Tubaro, Yasaman Sarabi, Introduction to NetLogo and agent-based models of networks (2×3 hours: 13h-16h and 16h30-19h30)

4. Klaus Hamberger, Pascal Cristofoli, Anne Garcia-Fernandez, Cyril Grange, Olivier Kyburz, Kinship Network Analysis with Puck (2×3 hours: 13h-16h and 16h30-19h)

5. Ulrik Brandes, The Positional Approach to Network Analysis (3 hours: 16h30-19h30)

6. Lorien Jasny, Michal Bojanowski, Exponential Random Graph Models (ERGM) using Statnet (3 hours: 13h-16h)

7. Lorien Jasny, Michal Bojanowski, Temporal Exponential Random Graph Model (TERGM) (3 hours: 16h30-19h30)

8. Jennifer Hauck, Thomas Watkin, Using Net-Map for co-producing SNA knowledge and co-designing networks (3 hours: 16h30-19h30)

9. Till Krenz, Andreas Herz, Simplifying ego-centered network analysis in R with egonetR (2×3 hours: 9h-12h and 13h-16h)

10. Vladimir Batagelj, Network visualization based on JSON and D3.js (3 hours: 16h30-19h30)

11. Moses Boudourides, Mining (together with a bit of web scraping) of large social networks from Twitter using Python (and Ruby) (3 hours: 9h-12h)

12. Moses Boudourides, Extracting Social Networks from Literary Text (3 hours: 16h30-19h30)

13. Tom Snijders, Christian Steglich, The Analysis of Longitudinal Social Network Data using RSiena (3 hours: 9h-12h)

14. Tom Snijders, Christian Steglich, Advanced RSiena users’ workshop (3 hours: 13h-16h)

15. Elisa Bellotti, Betina Hollstein, Mixed Methods Research in Social Networks (2×3 hours: 9h-12h and 13h-16h)

Dynamic networks, June 20 – 23, Toulouse

Monday June 20, 2016 – Thursday June 23, 2016
INP-ENSEEIHT
2 Rue Charles Camichel, 31000 Toulouse, France

Organizers: A Quirin, M Grossetti, G Theraulaz, F Sedes, B Jouve, R Cazabet, L Beauguitte

http://www.isc-t.fr
Aim and Scope:

What are relevant parameters for describing spatio-temporal dynamics on or of networks? How to define a community of individuals in a network and characterize its dynamics? These questions are of great importance for social networks of course but also for other fields of application. Examples come for instance from transportation systems where new dynamic models arise in carpooling systems or in collaborative logistics. Another example is in the field of collective animal behaviour where models reproducing the construction dynamics of the networks provide a way to assess how each of the selected behavioral variables contributes to the emergent collective properties. In the economic domain, many economic markets, such as labor markets, involve outcomes that are determined not just by individual characteristics but also by network characteristics such as the structure of the professional contacts developed by the individuals in question. For human social networks, the way some individuals aggregate to constitute a community obeys rules that depend on the dynamic configuration of personal networks, though not only on this. In the case of biological networks, the characterization of temporal dynamics helps to decipher the evolutionary dynamics of multigenic gene families.

Concerning spatialization, the bulk of spatialized relational data is constantly growing in contemporary societies (referring to economic relations, knowledge networks, various forms of social ties –including “social networks”, material and immaterial flows) and the study of spatial networks is a challenging field. Historians, on their side, are getting more and more interested in the reconstruction of spatial relations (travels, epistolary exchanges, social ties, etc.). When dealing with spatialized date, the issue of visualization of big spatialized networks (e.g. networks of scientists, interconnected rural places in Medieval France, global traffic flows) is central and is a way to switch from network graphs to efficient network maps. We shall also address the question of the dynamic building of spatialized networks. We may examine the impact of local changes (in terms of geographical, topological and/or network distances) on global properties of networks, which may give guides for model the organization of networks and even the rules of dynamics.

Registration and program

Workshop : Advanced mathematics for network analysis 1-4/5/2016 Luchon (31)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du workshop « Advanced mathematics for network analysis » qui aura lieu du 1 mai 2016 inclus au 4 mai 2016 matin à Luchon (31). Je vous prie de trouver en fichier joint l’annonce de ce workshop que vous pouvez faire suivre dans vos réseaux scientifiques.
Le site web de l’école est http://isc-t.fr/. Vous y trouverez tous les renseignements nécessaires.
La participation est gratuite et seuls les frais d’hébergement sont à la charge des participants. L’ inscription est obligatoire et un formulaire est disponible sur le site.
J’attire votre attention sur le fait qu’un certain nombre de bourses sont prévues pour les doctorants ou post-doctorants que vous pouvez donc inciter à venir.
Au plaisir de nous voir bientôt,
bien amicalement

We are pleased to announce the workshop « Advanced mathematics for network analysis » to be held from May 1, 2016 (included) to May 4, 2016 morning in Luchon (31). Please find in attachement the announcement of this workshop you can forward to your scientific networks.
The website is http://isc-t.fr/. You will find all the necessary information.
If you are interested in attending the workshop, participation to the workshop is free of charge, but the registration is mandatory filling the form available from the website. Participants have to pay their accomodation.
I draw your attention to the fact that a number of supports are available for PhD students and postdocs that you can encourage to come.
We hope to see you soon,
Sincerely

Bertrand Jouve
Directeur de Recherche CNRS, FRAMESPA/IMT – Toulouse

EUSN 2016 Paris June 14-17, 2016 – call for abstracts

Dear Colleagues,

We now invite you sign up for workshops and/or submit abstracts of paper presentations and posters to the Second European Social Networks Conference (EUSN), to be held in Paris, France, June 14-17, 2016.

The conference will host about 17 special thematic sessions listed here: http://eusn2016.sciencesconf.org/resource/page/id/10

Workshops offered in methods and analyses of social networks, including introductory courses and training on software platforms are listed here: http://eusn2016.sciencesconf.org/resource/page/id/9

Abstract submissions in all fields of social network analysis are due by February 16, 2016. Please find the abstract submission procedure and instructions to follow here: http://eusn2016.sciencesconf.org/resource/page/id/4. Once you have submitted your abstract, you will receive a receipt of your submission by e-mail. You need to be pre-registered in the conference before you can submit your abstract. You will be able to register and pay for the Conference fee once your abstract has been accepted. Acceptance will be notified to participants by March 16 at the latest.

If you have any further questions, please do not hesitate to contact us at eusn2016@sciencesconf.org.

We look forward to seeing you in Paris in June!

The organizers

Laurent Beauguitte, Emmanuel Lazega, Christophe Prieur, Paola Tubaro

IMPORTANT DATES:
February 16: Deadline for abstract/poster proposals, and pre-registration opening
March 1: Registration opening
March 16: Notification to authors
April 18: Early registration closure
June 14: Workshops
June 15-17: Conference